Régionales en Provence-Alpes-Côte-d'Azur : Guillaume Peltier, numéro 2 de LR, demande le retrait du soutien à Renaud Muselier

POLITIQUE Le numéro 2 de LR a annoncé que le parti se prononcera mardi sur le soutien au président sortant de la région Paca

20 Minutes avec AFP

— 

Affiche électorale de Renaud Muselier à Nice, mercredi 12 mai (illustration)
Affiche électorale de Renaud Muselier à Nice, mercredi 12 mai (illustration) — SYSPEO/SIPA

Le feuilleton continue. Le numéro 2 de LR, Guillaume Peltier, a demandé vendredi « à titre personnel » le retrait du soutien de son parti à Renaud Muselier qui compte intégrer des membres de LREM à sa liste pour les régionales en Provence-Alpes-Côte-d'Azur. « La comédie des petites combines, ça suffit », a dénoncé Guillaume Peltier sur BFMTV et RMC après l’annonce jeudi par la secrétaire d’Etat Sophie Cluzel qu'elle ne présenterait finalement pas de liste de la majorité et qu’elle apportait son soutien à la liste du LR Renaud Muselier pour le scrutin des 20 et 27 juin.

« Compte tenu de l’absence d’une liste En marche, donc de cette ambiguïté recréée et de ce piège dans lequel est tombé Renaud Muselier, à titre personnel, il est hors de question que je soutienne une quelconque liste liée de près ou de loin à Emmanuel Macron », a ajouté le vice-président délégué de LR, qui précise que son parti se prononcera mardi sur le sujet.

« Frontière étanche »

« Il y a une frontière étanche entre les Républicains, entre la droite française et le macronisme, il y a une droite qui n’est pas à vendre, il y a une droite qui considère qu’Emmanuel Macron a failli dans ses fonctions », a ajouté le député du Loir-et-Cher, engagé dans sa jeunesse au Front national, qui voterait « blanc » s’il était électeur en Paca.

Le président sortant de la région Paca, à la recherche de la meilleure formule pour battre le Rassemblement national donné en tête au premier tour selon plusieurs sondages, doit dévoiler ses têtes de listes ce vendredi. Les régionales dans cette région font l'objet d'un bras de fer politique autour d'une alliance entre LREM et LR, redoutée par l’appareil LR qui dénonce une manœuvre opportuniste visant à l’affaiblir, notamment en vue de la présidentielle de 2022.

Le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau et le député LR des Alpes-maritimes Eric Ciotti avaient déjà demandé dès mercredi à leur parti de retirer son soutien à Renaud Muselier. « A partir du moment où la République en marche, apporte son soutien à Renaud Muselier, c’est donc la République en marche et les Républicains pensent la même chose », a commenté pour sa part le porte-parole du RN Sébastien Chenu, sur Cnews.