Régionales en Pays-de-la-Loire : L’ex-ministre François de Rugy est bel et bien candidat

RELANCE Deux ans après « l’affaire des homards », le député nantais, tête de liste LREM, tentera de ravir la région aux Républicains

Frédéric Brenon
— 
François de Rugy, le 14 juin 2019 à Saint-Nazaire.
François de Rugy, le 14 juin 2019 à Saint-Nazaire. — SEBASTIEN SALOM GOMIS/SIPA
  • L'ancien ministre de la Transition écologique conduira la liste LREM.
  • Cet ancien membre d'EELV soutenait le candidat socialiste lors des élections régionales 2015 remportées par la droite.

La fin d’un faux suspense. Le député nantais et ancien ministre de la Transition écologique, François de Rugy, conduira bel et bien la liste LREM aux élections régionales des 20 et 27 juin prochains en Pays-de-la-Loire. « Oui je suis candidat à la présidence de la région Pays-de-la-Loire au nom de la majorité présidentielle d’Emmanuel Macron », annonce-t-il ce vendredi après-midi par le biais d’une vidéo sur son nouveau site Internet de campagne.

« Je propose aux habitants des Pays-de-la-Loire une présidence forte pour une région forte. La priorité du moment c’est de réussir la relance de l’économie en travaillant main dans la main avec l’Etat », explique-t-il. « Notre région a besoin d’un nouveau souffle. La future majorité régionale ne peut pas se contenter de gérer la région », ajoute-t-il, expliquant vouloir « concevoir toutes les politiques régionales autour de trois principes : le progrès économique, le progrès social et le progrès écologique ».

Sans les nommer, François de Rugy adresse aussi un petit tacle aux Verts, alliés à la France insoumise. « Certains opposent l’écologie et l’économie. A force de s’opposer à tous les projets de développement, ils en arrivent à la décroissance qui réduirait le nombre d’emplois et notre niveau de vie. »

Deux ans après la polémique

Agé de 47 ans, François de Rugy est député de Loire-Atlantique depuis 2007. Il faisait partie du gouvernement de septembre 2018 à juillet 2019, jusqu’à la controverse sur l'utilisation de fonds publics, lors de dîners personnels notamment, l’ayant contraint à démissionner. Longtemps encarté chez Europe écologie Les Verts, il avait soutenu le candidat socialiste Christophe Clergeau lors des dernières élections régionales en Pays-de-la-Loire (2015). Il a rejoint la République en marche en 2017.

Outre François de Rugy, Matthieu Orphelin (EELV), Guillaume Garot (PS) et Hervé Juvin (RN) sont candidats à la succession de la présidente Christelle Morançais (LR). Cette dernière devrait, elle aussi, être candidate mais elle n’a pas encore dévoilé sa décision. Ce vendredi, François de Rugy suggère aux autres candidats « d’organiser des débats face aux citoyens » diffusés sur Internet.