Régionales : Jean Castex va proposer au Parlement le maintien du scrutin en juin

INFO « 20 MINUTES » Selon nos informations, le Premier ministre devrait défendre le maintien des élections régionales et départementales en juin prochain lors d'un débat suivi d'un vote mardi à l'Assemblée nationale et mercredi au Sénat

Thibaut Le Gal

— 

Jean Castex, le 1er avril 2021.
Jean Castex, le 1er avril 2021. — Jacques Witt/SIPA
  • Les régionales et les départementales ont été reportées de plusieurs semaines, en mars dernier, en raison de l'épidémie de coronavirus.
  • Depuis plusieurs mois, la classe politique s’interroge sur le souhait de l’exécutif de maintenir ou non en juin le scrutin.
  • Selon nos informations, Jean Castex devrait défendre le maintien du scrutin en juin lors des débats prévus demain à l'Assemblée nationale et mercredi au Sénat.

Mais que diable le gouvernement souhaite-t-il faire de ce scrutin ? Depuis plusieurs semaines, la classe politique s’interroge sur le souhait de l’exécutif de maintenir ou non en juin les élections régionales et départementales, déjà reportées en mars dernier en raison de l'épidémie de coronavirus.

Après plusieurs semaines d’atermoiements, le gouvernement s’est retrouvé empêtré dans une nouvelle polémique ce week-end, après avoir choisi de consulter directement les maires sur les mesures sanitaires en vue des scrutins des 13 et 20 juin. L’opposition a de nouveau accusé l’exécutif de vouloir s’éviter une défaite avant la présidentielle de 2022. Mais selon nos informations, le Premier ministre Jean Castex devrait bien défendre le maintien des élections les 13 et 20 juin prochains, mardi à l’Assemblée nationale et mercredi au Sénat.

56 % des maires participants à la consultation ont voté pour un maintien

Le gouvernement avait surpris son monde vendredi, en demandant aux préfets de solliciter l’avis des 35.000 maires de France sur le sort des élections. Les élus avaient jusqu’à ce lundi midi pour répondre par « oui » ou par « non » à cette question : « les conditions préconisées par le comité scientifique vous semblent-[elles] réunies pour tenir les deux scrutins » ? Cette initiative a suscité les critiques de l’opposition et d’associations d’élus, qui ont reproché à l’exécutif de vouloir à nouveau repousser des élections réputées défavorables pour la majorité.

Mais les résultats communiqués ce lundi en fin de journée par le ministère de l’Intérieur devraient apaiser les débats. 69 % des maires (soit 24.257) ont participé à cette concertation. Et 56 % des élus locaux interrogés (13.513) ont voté pour le maintien du scrutin en juin prochain, contre 40 % non (9.812), et tandis que 4 % n’ont pas répondu à la question posée.

« Evolutions possibles des modalités de scrutin »

Cette participation importante est à saluer », assure Beauvau dans un communiqué, alors que le gouvernement a été critiqué pour avoir organisé une consultation express sur deux jours. « Le ministre de l’Intérieur a remis au Premier ministre des évolutions possibles des modalités de scrutin en s’inspirant directement des propositions des maires nées de cette consultation, en vue du débat parlementaire », est-il précisé.

Le maintien ou non des élections en juin va désormais faire l’objet d’un débat suivi d’un vote. Début avril, Jean Castex avait déjà indiqué qu’il privilégiait « à ce stade » le maintien des élections en juin. Mais la consultation lancée auprès des maires et les déclarations du président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand, favorable à un report, avaient relancé ces derniers jours le doute sur les intentions du gouvernement.