Régionales en Occitanie : Le maire de Toulouse choisit « la famille » et soutient le candidat LR, Aurélien Pradié

POLITIQUE Allié avec LREM dans sa ville de Toulouse, Jean-Luc Moudenc roule aux régionales pour Aurélien Pradié, le député lotois de 35 ans investi par Les Républicains. Par « fidélité »

Hélène Ménal

— 

Aurélien Pradié, candidat LR aux régionales en Occitanie, déambulant dans Toulouse avec le maire, Jean-Luc Moudenc, le 15 mars 2021.
Aurélien Pradié, candidat LR aux régionales en Occitanie, déambulant dans Toulouse avec le maire, Jean-Luc Moudenc, le 15 mars 2021. — H. Menal - 20 Minutes
  • Pour les régionales en Occitanie, Jean-Luc Moudenc, le maire de Toulouse, soutient sans ambiguïté le candidat LR, Aurélien Pradié.
  • Le jeune député du Lot prévient déjà qu’il ne fera aucune fusion, ni alliance entre les deux tours du scrutin de juin.

Artisan d’un rapprochement réussi entre la droite et LREM dans sa ville de Toulouse, Jean-Luc Moudenc (LR) aurait pu tergiverser pour les régionales. Il aurait pu hésiter longtemps entre Vincent-Terrail Novès (ex-LR), son 3e vice-président à la métropole, désormais « transpartisan » et soutenu par LREM, et le plus lointain député du Lot, « pur LR », Aurélien Pradié. Le suspense n’a en fait duré qu’une semaine : c’est avec Aurélien Pradié, 35 ans, et spécialiste des victoires improbables sur des terres de gauche, que l’édile a déambulé ce lundi dans les rues de Toulouse.

« Je le soutiens par fidélité à ma famille politique qui m’a soutenu dans les moments faciles mais aussi dans les moments plus difficiles » a expliqué Jean-Luc Moudenc. Il salue la constance des convictions du candidat « en ces temps d’opportunisme », sa jeunesse, « sa capacité à rassembler ».

« J’adore les défis impossibles »

Il y a d’ailleurs déjà du Moudenc chez Aurélien Pradié qui, à l’instar du Toulousain, prévient d’ores et déjà que « par respect pour électeurs, la liste que nous présenterons au premier tour sera la même au second tour ». Pas de « tripatouillage », pas d’alliance, si le centre droit veut s’allier, c’est maintenant qu’il doit trancher.

Le pari est risqué pour le jeune député dans une région Occitanie ancrée à gauche « depuis presque un quart de siècle » et où le RN est donné très haut dans les sondages. Mais « j’adore les défis impossibles. Méfiez-vous de ce que la démocratie peut réserver comme surprise », assure Aurélien Pradié. Il a annoncé ce lundi qu’en cas de victoire le « handicap » serait l’une des trois grandes priorités de son mandat.