Régionales en Pays-de-la-Loire : Guillaume Garot fera « tout pour que le rassemblement soit possible »

GAUCHE Le candidat socialiste à la présidence du conseil régional souhaite un rassemblement dès le premier tour avec les écologistes. Mais il ne dit pas encore qui pourrait en être la tête de liste

Frédéric Brenon

— 

Guillaume Garot, candidat PS aux élections régionales en Pays-de-la-Loire.
Guillaume Garot, candidat PS aux élections régionales en Pays-de-la-Loire. — F.Brenon/20Minutes
  • Guillaume Garot, 54 ans, est député de la Mayenne et ancien ministre à l’Agroalimentaire.
  • Il est le candidat désigné du Parti socialiste et des communistes en Pays-de-la-Loire.
  • Les élections régionales devraient avoir lieu les 13 et 20 juin.

Il se donne « 100 jours pour faire gagner la gauche en Pays-de-la-Loire ». De passage à Nantes vendredi, le candidat socialiste Guillaume Garot a présenté sa feuille de route afin de « faire basculer » un conseil régional présidé par Les Républicains depuis 2015. « Ecouter, fédérer, convaincre, voilà quelle sera ma méthode », annonce le député mayennais. Son projet, en cours de définition, s’enrichira de contributions citoyennes et d’avis d’Internautes jusqu’à la fin avril.

L’ancien ministre avait toutefois dévoilé les jours précédents deux propositions : gratuité des cars et TER pour les 18-26 ans et trajets à 1 euro pour les salariés abonnés. Il en a ajouté une autre vendredi : création d’un « fonds anti-faillite » de 200 millions d’euros pour « protéger les emplois et les TPE-PME ».

« Optimiste pour le rassemblement »

S’il n’a pas abordé de lui-même le sujet, Guillaume Garot n’a pu esquiver les questions concernant l’hypothèse d’une liste commune avec Europe Ecologie-Les Verts et son chef de file Matthieu Orphelin​. Le socialiste sait qu’une désunion fragiliserait fortement les chances de victoire de la gauche. « Oui, nous devons rassembler, assure-t-il. Je plaide pour ce rassemblement. Il a toujours été notre ligne de conduite. Nous le souhaitons dès le premier tour. Je suis optimiste et je ferai tout pour que cela soit possible. » Les discussions sont-elles déjà entamées ? « Il faut d’abord que nos dispositifs respectifs soient constitués. De telle sorte qu’on puisse discuter dans la clarté. C’est la garantie de l’efficacité. »

Et lorsqu’on l’interroge pour savoir s’il serait prêt à se ranger derrière une tête de liste écologiste, Guillaume Garot se montre plus évasif. « Moi, j’ai été désigné par les adhérents du PS de cinq départements. J’ai un mandat, j’ai une responsabilité. Depuis, de nouvelles formations sont venues nous rejoindre [PCF, PRG, GDS…], apportent leur soutien à la candidature que je porte, qui est une candidature de rassemblement et une candidature d’expérience. Partons de là et nous verrons ce que les partenaires auront à dire. »

La maire de Nantes, Johanna Rolland (PS), a tenu à apporter publiquement son soutien au candidat lavallois, un homme qui « connaît tous les territoires de la région » et « a la capacité à jouer collectif ». Elle aussi défend l’idée d’un rassemblement avec les écologistes. « Ce n’est pas toujours facile mais ça en vaut la peine », promet-elle.

La Loire-Atlantique et la Bretagne

A Nantes, vendredi, Guillaume Garot a réagi à la demande de référendum sur le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne exprimée par une pétition de 105.000 électeurs. « Lorsqu’il y a une telle volonté de s’exprimer, nul ne peut l’ignorer », a commenté le député mayennais. Il n’a, en revanche, pas voulu dire s’il ferait voter à l’assemblée régionale des Pays-de-la-Loire un vœu en faveur d’un référendum, comme a pu le faire récemment, par exemple, la mairie de Nantes. A titre personnel, Guillaume Garot voterait "non" à un rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne, a-t-il confié.