Trump banni de Twitter : Les « fake news » électorales ont baissé de 73 % depuis ce moment

GOOD NEWS Dans la semaine qui a suivi le bannissement de Trump et de certains de ses soutiens, le nombre de publications évoquant une fraude électorale sur les réseaux sociaux a chuté de 2,5 millions à 688.000

20 minutes avec agence
— 
En quatre ans de présidence, Donald Trump a relayé une quantité astronomique de fake news. (Illustration)
En quatre ans de présidence, Donald Trump a relayé une quantité astronomique de fake news. (Illustration) — AFP

Le cabinet d’études Zignal Labs a récemment cherché à comprendre les effets du bannissement de Donald Trump de Twitter sur les échanges en ligne évoquant une fraude électorale. Selon leur rapport relayé par le Washington Post, le nombre de fausses informations concernant l' élection présidentielle américaine a diminué de 73 % en une semaine.

Dans le détail, lesfake news électorales sont passées de 2,5 millions à 688.000. La baisse constatée sur Twitter et sur d’autres plateformes a débuté peu après la suspension du compte de Donald Trump, le 8 janvier dernier. Le réseau social avait aussi banni 70.000 autres utilisateurs proches du mouvement QAnon, pointé du doigt dans l’organisation des émeutes au Capitole deux jours auparavant. Zignal Labs a également enregistré une chute de 95 % des hashtags #FightforTrump (Combattons pour Trump) et du terme « March for Trump ».

Une « machine à amplifier »

Quel que soit leur sujet, les publications du président sortant étaient en effet retweetées dans des proportions hors-norme, lui conférant ainsi une influence majeure. En octobre 2020, la professeure en sciences de l’information Leysia Palen évoquait déjà ce phénomène : « La machine à amplifier de Trump est incomparable ».

D’autres experts craignent par ailleurs un durcissement des positions des utilisateurs déjà adeptes des fake news. Certains se tournent dorénavant vers des réseaux sociaux alternatifs, moins soucieux de réguler les contenus haineux.