Régionales en Bretagne : Le président socialiste Chesnais-Girard ne sera « pas candidat de la majorité présidentielle »

POLITIQUE Successeur de Jean-Yves Le Drian à la tête de la région, le socialiste sera candidat à sa réélection en juin

J.G. avec AFP

— 

Le président de la région Bretagne Loïg Chesnais-Girard, ici lors du salon agricole Space, le 10 septembre 2019, à Rennes.
Le président de la région Bretagne Loïg Chesnais-Girard, ici lors du salon agricole Space, le 10 septembre 2019, à Rennes. — C. Allain / 20 Minutes

Il assume être « de gauche » et « croire encore aux différences entre la droite et la gauche ». A six mois des régionales, prévues en juin, le président de la région Bretagne Loïg Chesnais-Girard a tenu à préciser ses intentions ce mercredi dans les colonnes du Figaro alors qu’un doute plane sur la candidature de Jean-Yves Le Drian. « Si la question est de savoir si je serai le candidat de la majorité présidentielle, la réponse est non. Si la question est de savoir si les Marcheurs qui sont déjà à mes côtés et qui se définissent eux-mêmes comme sociaux-démocrates ont vocation à rester avec moi, ils savent que c’est oui », a déclaré le successeur de Jean-Yves Le Drian à la tête de la région Bretagne en 2017.

« Je suis de gauche, un socialiste social-démocrate qui veut que la France gagne en puissance avec l’Europe et en agilité avec les territoires. La gauche a encore des choses à dire, à faire. C’est toujours bienvenu de dire aux électeurs ce que l’on est », a ajouté Loïg Chesnais-Girard.

Un groupe LREM a vu le jour au sein de l’assemblée régionale

Un groupe LREM, « La Bretagne en marche », composé de neuf membres dont Richard Ferrand, président de l’Assemblée nationale et proche d’Emmanuel Macron, avait vu le jour en février dernier au sein de l’assemblée régionale bretonne, créant un mini-séisme politique.

« Notre groupe sera le fait de conseillers régionaux et de conseillères régionales qui s’inscrivent pleinement dans votre majorité et assurément dans celle du président de la République (…). De la sorte, nous, nous préparons "La Bretagne avec Loïg Chesnais-Girard" ! », avait alors déclaré Richard Ferrand. Le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, qui conserve un fauteuil de conseiller régional, est quant à lui resté membre du groupe de sociaux-démocrates.