Présidentielle américaine : Les espoirs démocrates de reprendre le Sénat américain s'amenuisent

VOTE En même temps que l'élection présidentielle, des élections parlementaires se sont tenues mardi aux Etats-Unis

20 Minutes avec AFP

— 

Les résultats de l'élection sur écran géant à New York, le 3 novembre 2020.
Les résultats de l'élection sur écran géant à New York, le 3 novembre 2020. — John Lamparski/Sipa USA/SIPA

Le contrôle du Sénat américain était l’un des enjeux cruciaux du scrutin de mardi pour les démocrates, en parallèle de la présidentielle. Mais les victoires de deux sénateurs républicains, pourtant en difficulté, ont douché une grande partie de leurs espoirs de dominer la chambre haute.

Les républicains ont fait mentir les sondages, qui prédisaient un effet Trump négatif sur leur réélection. Le parti de Trump a remporté un nouveau siège dans l’Alabama, tout en maintenant les sièges d’élus qui semblaient menacés. Les démocrates, eux, sont parvenus à conserver leur majorité à la Chambre des représentants. Au Sénat, ils ont arraché deux sièges aux républicains dans le Colorado et dans l'Arizona.

Une victoire « stupéfiante »

Deux grands alliés du président républicain ont été réélus : le chef de la majorité au Sénat Mitch McConnell et le sénateur de la Caroline du Sud, Lindsey Graham. « Nous avons réussi ! », a tweeté plus tard la sénatrice républicaine de l’Iowa, Joni Ernst, alors que les sondages l’avaient montrée en mauvaise posture contre sa rivale démocrate. Dans une autre course serrée, le sénateur de la Caroline du Nord Thom Tillis a dit avoir remporté une « victoire historique ». « C’est une victoire stupéfiante que nous avons décrochée ce soir, et nous l’avons fait contre tous les pronostics, pas vrai ? » a lancé le sénateur républicain à des partisans en liesse.

Les républicains contrôlent actuellement le Sénat avec 53 sièges sur 100. Trente-cinq sièges étaient en jeu mardi. Les démocrates doivent s’emparer de quatre sièges pour reprendre la majorité du Sénat, ou de trois si le démocrate Joe Biden remporte la présidentielle puisque la vice-présidente élue Kamala Harris pourrait alors, selon la Constitution, voter pour départager un vote 50-50.

Des résultats encore attendus

L’opposition espérait prendre aux républicains plusieurs sièges qui semblaient vulnérables. Mais leurs espoirs ont été déçus dans l’Iowa, la Caroline du Nord et la Caroline du Sud. Dans le Maine, la sénatrice républicaine Susan Collins avait au milieu de la nuit une avance de six points de pourcentage, avec plus de 65 % des bulletins dépouillés.

Les espoirs démocrates reposaient encore sur cet Etat, ainsi que sur la Géorgie. Fait rare : cet Etat conservateur a organisé deux élections sénatoriales le 3 novembre. Dans la première, le sénateur républicain sortant, David Perdue, apparaissait en tête devant le démocrate Jon Ossoff dans la nuit de mardi à mercredi. Mais la victoire ne lui avait pas encore été attribuée.

Dans la deuxième, une élection partielle, le candidat démocrate, Raphael Warnock, s’est qualifié pour un deuxième tour contre la sénatrice républicaine sortante Kelly Loeffler, le 5 janvier. Si les démocrates parvenaient à décrocher le siège dans le Maine ou la Géorgie, en plus de l’Arizona, le contrôle du Sénat pourrait alors se jouer lors de ce deuxième tour de l’élection partielle en Géorgie.