Municipales 2020 à Arles : LR se retire pour tenter de faire gagner Patrick de Carolis contre la gauche

DES RACINES ET DES VOIX La ville est dirigée par un maire communiste depuis près de vingt ans

20 Minutes avec AFP
— 
Patrick de Carolis a aussi été président de France Télévisions de 2005 à 2010.
Patrick de Carolis a aussi été président de France Télévisions de 2005 à 2010. — GERARD JULIEN / AFP

Le candidat des Républicains à l’élection municipale à Arles (Bouches-du-Rhône) se retire au profit de Patrick de Carolis (divers centre), afin d’empêcher la gauche de l’emporter dans ce bastion communiste, a annoncé samedi Renaud Muselier, président de la région Paca. Au premier tour, l’ancien président de France Télévisions Patrick de Carolis est arrivé en tête avec 26,4 % des voix, devant le successeur du maire communiste sortant, Nicolas Koukas (21,2 %). Le candidat LR, Cyril Juglaret, avait rassemblé 15,3 % des suffrages.

Renaud Muselier s’est félicité ce samedi, lors d’une conférence de presse, de cette décision. « J’ai proposé une méthode pour ces élections, un pacte de raison. Il fonctionne sur Arles puisque le candidat M. Juglaret s’est retiré ». Patrick de Carolis, 66 ans, revendique « une fibre sociale » pour « sortir la ville du marasme » et se présentait en tête d’une liste sans étiquette. « En appelant a un pacte de raison, @RenaudMuselier incite toutes les forces modérées à faire barrage à l’extrême gauche dans la Région. Au delà des étiquettes politiques, je le remercie pour ce soutien de raison ! À Arles, les communistes sont aux manettes depuis près de vingt ans… », a commenté Patrick de Carolis sur Twitter.

Son rival Nicolas Koukas, 44 ans, est élu depuis 18 ans et successeur désigné par le maire sortant, Hervé Schiavetti, en poste depuis 2001. Héritier de la municipalité communiste sortante, il s’en démarque toutefois, affichant une liste « renouvelée à 80 % », une « équipe ouverte, progressiste, issue du Parti socialiste, des écologistes et même des gens du centre droit »… et comptant seulement deux communistes encartés.