Elections 2020 à Lyon : Vous êtes perdus ? On vous dit tout sur les candidats à la métropole

POLITIQUE A moins d’un mois du premier tout des élections municipales et métropolitaines à Lyon, « 20 Minutes » vous présente, en images, les candidats à la métropole de Lyon

Elisa Frisullo

— 

Elections 2020 : Focus sur les candidats à la métropole de Lyon — 20 Minutes
  • Les 15 et 22 mars, les habitants de l'agglomération voteront pour leurs maires et pour les conseillers métropolitains.
  • Lyon est en effet la seule ville de France où, le jour des municipales, il faudra voter une seconde fois pour les élections métropolitaines.
  • « 20 Minutes » vous présente les principaux candidats à la métropole de Lyon.

Deux élections le même jour dans un même bureau de vote. Les 15 et 22 mars, les habitants du Grand Lyon seront les seuls de France à devoir voter deux fois : pour les municipales et aussi pour les élections métropolitaines. Une situation unique en France et une première entre Rhône et Saône depuis la fusion de la communauté urbaine et du conseil général, devenus en 2015  la métropole de Lyon.

Pour diriger cette institution aux multiples pouvoirs, les candidats ne manquent pas. 20 Minutes vous présente les différentes têtes de listes des élections métropolitaines pour vous permettre d’y voir plus clair dans ce scrutin qui s’annonce serré selon les différents sondages.

Gérard Collomb, 72 ans.

Le maire sortant de Lyon, qui dirige la ville depuis 2001, n’est pas candidat à la mairie. Il vise la métropole, qu’il a dirigée dès 2001 et jusqu’à son départ pour le ministère de l’Intérieur en 2017. A son retour l’année suivante entre Rhône et Saône, l’élu, resté longtemps sous les couleurs du Parti socialiste avant de s’impliquer fortement dans la création de La République en marche, a été réélu à la mairie de Lyon. Mais il n’a pas récupéré son poste à la tête de la métropole, dirigée par son ancien dauphin David Kimelfeld. Après une bataille acharnée entre les deux hommes pour obtenir l’investiture, c’est finalement Gérard Collomb qui a obtenu le soutien de LREM pour les élections métropolitaines.

David Kimelfeld, 58 ans.

Le maire du 4e arrondissement de Lyon a donc pris la tête de la métropole de Lyon lors du départ de Gérard Collomb place Beauvau en juillet 2017. Cet ancien infirmier, qui dirige aujourd’hui une entreprise de transport, a conservé la présidence du Grand Lyon au retour de son ex-mentor et est candidat à sa propre succession. Une candidature dissidente, car David Kimelfeld n’a pas été choisi par le parti présidentiel pour mener la campagne à Lyon.

Bruno Bernard, 48 ans.

Chef d’entreprise dans le bâtiment, Bruno Bernard a été choisi par EELV pour mener la bataille des métropolitaines. Ce quadragénaire, ancien conseiller municipal à Villeurbanne et ancien conseiller métropolitain, est peu connu dans l’agglomération lyonnaise. Ce qui ne semble guère lui porter préjudice jusqu’ici, dans un contexte marqué par les préoccupations environnementales, puisque les derniers sondages le placent au coude-à-coude avec Gérard Collomb, juste devant David Kimelfeld.

Andrea Kotarac, 30 ans.

C’est le benjamin de la course à la métropole. L’ancien conseiller régional de La France insoumise, qui a rejoint le parti de Marine Le Pen lors des Européennes, sidérant dans la foulée ses proches et anciens camarades des luttes antifa, a été désigné tête de liste du Rassemblement national pour tenter de remporter la métropole. Le jeune homme, qui s’est investi en politique dès sa majorité, n’en est pas à sa première élection. Il était tête de listes aux municipales dans le 8e arrondissement de Lyon en 2014, chef de file du Parti de gauche aux régionales en 2015, puis candidat LFI aux législatives dans la 7e circonscription en 2017.

Renaud Payre, 44 ans.

Directeur de Sciences Po Lyon depuis 2016, Renaud Payre est le candidat de la Gauche unie. Il rassemble derrière sa candidature le PS, le PCF, Génération.s, Nouvelle Donne, Place publique. Cet agrégé de science politique a participé à la création du Groupe de réflexion et d’action métropolitaine (Gram) à Lyon aux côtés de la maire du 1er arrondissement Nathalie Perrin-Gilbert. Un mouvement qu’il a quitté en 2018, comme d’autres membres, après de profonds désaccords avec l’élue.

Nathalie Perrin-Gilbert, 48 ans.

Maire du 1er arrondissement de Lyon depuis 2001, Nathalie Perrin-Gilbert est candidate à la mairie de Lyon et à la métropole. Elle emmène avec elle une autre partie de la gauche, à savoir le Gram, qu’elle a cofondé, la France insoumise (LFI), la Gauche républicaine et socialiste (GRS), le Mouvement républicain et citoyen (MRC) et Ensemble !. Elle ne présente de listes pour les élections métropolitaines que sur les circonscriptions lyonnaises. Nathalie Perrin-Gilbert, qui a commencé la politique au sein du PS, a notamment été secrétaire nationale du parti chargée du Logement, auprès de Martine Aubry, en 2008. Cette ancienne protégée de Gérard Collomb entretient depuis plusieurs années des relations plus que crispées avec lui.

François-Noël Buffet, 56 ans.

Maire d’Oullins pendant 20 ans (1997-2007), François-Noël Buffet est sénateur du Rhône depuis 2004. Il est le candidat désigné par Les Républicains pour tenter de ravir à LREM la métropole lyonnaise, qui n’a plus été conquise par la droite depuis la fin du mandat de Raymond Barre en 2001. En 2014, le sénateur, avocat de profession, était candidat face à Gérard Collomb sous les couleurs de l’UMP pour la présidence du Grand Lyon.

Eric Lafond, 48 ans.

Engagé dans la politique bénévolement, Eric Lafond (ancien du Modem) est de chaque élection locale ou presque à Lyon depuis 2001. Centriste, il a monté le Mouvement 100 % citoyen, dont il devait mener la liste pour les municipales à Lyon. Mais après un récent rapprochement avec le maire sortant du 2e et candidat à la mairie de Lyon Denis Broloquier et une fusion de leurs listes, c’est lui qui a été désigné candidat à la métropole. Directeur du Pass, une ONG intervenant sur le marché du travail des personnes peu ou non qualifiées, il représente pour ce scrutin le mouvement centriste Positivons-Lyon-Métropole.

Olivier Minoux, 50 ans.

C’est la voix des travailleurs. Olivier Minoux, ouvrier dans le secteur de la chimie est le candidat Lutte ouvrière. Ce n’est pas un débutant en politique, puisqu’en 2012 et en 2017 il a participé à la campagne des législatives pour LO dans la 11e circonscription. Il est également candidat aux municipales à Lyon, dans 8 des 9 arrondissements.