Municipales 2020 à Lyon : Les candidats misent sur la végétalisation pour réduire les effets du réchauffement climatique

PROGRAMME (3/7) « 20 Minutes » aborde chaque semaine un thème de la campagne des municipales à Lyon. Aujourd’hui, l’environnement

Elisa Frisullo

— 

Place Bellecour, lors d'une végétalisation éphémère.
Place Bellecour, lors d'une végétalisation éphémère. — C. VILLEMAIN / 20 MINUTES
  • Les municipales se tiennent les 15 et 22 mars 2020. Chaque lundi, 20 Minutes aborde un thème de la campagne. Aujourd’hui, l’environnement.
  • L’écologie occupe une place importante dans le programme des candidats. Et notamment la végétalisation de la cité, avec de nombreux projets pour faire de Lyon une ville beaucoup plus verte.

Les experts scientifiques sont unanimes : mettre du vert en ville permet de réduire la pollution urbaine et de lutter contre le réchauffement climatique. Ce n’est donc pas un hasard si les candidats aux élections municipales à  Lyon ont, pour la plupart, axé une partie de leur programme sur l’environnement et plus précisément sur la végétalisation de la cité. Une ville qui abrite 436 hectares de parcs, squares et jardins, 80.000 arbres et compte un espace vert à moins de 300 mètres de chaque habitation. Malgré ce bilan du maire sortant Gérard Collomb, de nombreux quartiers restent très minéralisés et l’hypercentre compte encore peu de végétation.

Des forêts urbaines, des îlots de fraîcheur

Pour remédier à cela, chacun des candidats y va de son projet, conscient que l’écologie compte parmi les préoccupations essentielles des Lyonnais et a pris une place centrale dans la campagne. Pour les écologistes, menés par Grégory Doucet, il est urgent de remettre de la nature en ville.. «La place des Terreaux est le symbole d’un centre-ville minéralisé, uniformisé, ne sachant pas répondre aux enjeux du bien être social et climatique », estime-t-il. « Nous aménagerons des forêts urbaines, indique le candidat EELV. On ne parle pas d’arbres plantés dans des pots ou dans des bacs, mais avec de la terre mise à nue pour favoriser et recréer de la biodiversité. Il faut aider la faune urbaine à prospérer ». Les sites en friche, la place Bellecour, le parc Blandan, les berges du Rhône sont autant d’espaces qui pourraient abriter ces forêts selon les écologistes.

Candidate du PS et de la gauche unie, Sandrine Runel est convaincue qu’il faudra faire émerger de multiples îlots de fraîcheur dans la ville. Une mesure essentielle, selon elle, pour lutter contre le réchauffement climatique et la canicule qui s’abat chaque année désormais sur la ville. « Il faut aménager ces îlots tous les 500 mètres, créer des trames vertes sur le modèle de ce qui se fait à Nantes. Dans les programmes immobiliers, il faut imposer des îlots dans les constructions « », détaille-t-elle.

Des corolles avec des plantes grimpantes

Du côté des Républicains, Etienne Blanc, qui se présente comme « un rural dans l’âme » promet « de faire de Lyon une ville jardin ». « La photosynthèse est le meilleur moyen de récupérer du carbone », souligne le candidat qui promet de planter 500.000 arbres et arbustes en s’appuyant sur les conseils de quartier, et de créer 5.000 mini-jardins. Mais le gros projet de l’ancien maire de Divonne-les-Bains, c’est la réalisation de la « plus grande forêt végétale au monde ». Le candidat imagine des corolles, autrement dit des plantes grimpantes susceptibles d’atteindre 5 m de haut, implantées dans des bacs en matériaux composites. « Selon plusieurs experts, les canopées génèrent un cycle d’air et un sentiment de fraîcheur », assure-t-il.

Le candidat dissident Georges Képénékian voit aussi la ville en vert. Il souhaite mener une politique de plantation d’arbres « partout où on peut le faire » et réaliser deux « nouvelles artères vertes » (lieux non précisés), qui permettront d’adapter la ville à la marche. «2h30 d’activités par jour, et on ne parle de sport, ça change l’incidence des maladies», souligne celui qui a été maire de Lyon lorsque Gérard Collomb a rejoint le ministère de l'intérieur. Il souligne que la marche «est un mode de prévention majeur des risques de maladie».

« La cinquième façade »

Pour Yann Cucherat, candidat investi par LREM, le champ d’action sera dans la continuité des mesures réalisées et promises par le maire sortant Gérard Collomb qui l’a adoubé. Celui qui cite, comme exemple de réussite pour la ville, la transformation de la rue Garibaldi en avenue apaisée hériterait, s’il était élu, de la mission de faire de Lyon la capitale verte de l’Europe 2022. Cet engagement repose notamment sur la plantation de 20.000 arbres au cours des dix prochaines années et sur « la cinquième façade », à savoir les toitures des futurs bâtiments municipaux. « C’est un potentiel de 100 hectares qui peuvent être végétalisés ou équipés de panneaux photovoltaïques », avait indiqué le maire sortant, soucieux notamment d’inciter les futurs promoteurs via le plan d’urbanisme local, à suivre cette voie.

Eric Lafond, chef de file de la liste 100 % Citoyen, mise beaucoup aussi sur la « cinquième façade ». « Tous les bâtiments publics doivent être repensés, indique-t-il. Végétaliser les toitures et les façades des collèges, repeindre les toits en blancs. ll faut que cela devienne une norme. Si l’on développe cela à l’échelle du territoire, et non au cas par cas, cela aurait du sens et cela permettrait de réduire de façon considérable les dépenses énergétiques ».

Pour Denis Broliquier, maire sortant centriste du 2e, la priorité pour lutter contre la chaleur en ville, sera le lancement d’un plan fraîcheur, avec un retour des fontaines et de nombreux points d’eau en ville. « L’eau a progressivement disparu et cela n’a plus rien à voir avec le Lyon de mon enfance », regrette le maire sortant du 2e qui envisage d’implanter des brumisateurs. Pour Nathalie Perrin-Gilbert (Lyon en commun), qui regrette que la végétalisation et la piétonnisation n’aient été pensées par Gérard Collomb que pour la Presqu’Ile, l’idée serait de mettre en place d’ici à 2030 « un maillage de rafraîchissement de la ville », avec des points d’eau. « Je veux réouvrir l’hôtel de ville pour qu’on puisse y trabouler tranquillement et relier Berges du Rhône et Rives de Saône. Ma priorité est d’adoucir l’espace public », souligne la maire sortante du 1er.