Municipales 2020: A Villeurbanne, Bruno Bonnell divise La République en marche

POLITIQUE Le député LREM du Rhône a annoncé mercredi sa candidature aux élections métropolitaines et municipales à Villeurbanne

20 Minutes avec AFP

— 

Bruno Bonnell, ici en mai 2017 à Lyon lors d'une conférence de presse dans le cadre des élections législatives.
Bruno Bonnell, ici en mai 2017 à Lyon lors d'une conférence de presse dans le cadre des élections législatives. — JEFF PACHOUD / AFP

Après Lyon, La République en marche se divise à Villeurbanne. Le député LREMBruno Bonnell a annoncé ce mercredi sa candidature aux élections métropolitaines et municipales à Villeurbanne alors que le premier adjoint de la ville Prosper Kabalo a déjà été investi par En Marche ! pour la mairie.

Bruno Bonnell est associé dans sa démarche avec l’ex-cheffe locale des Républicains Emmanuelle Haziza. Il y aura donc deux listes issues de LREM dans cette ville de près de 150.000 habitants, limitrophe de Lyon. Ce qui amoindrit encore les chances du parti gouvernemental de ravir ce bastion socialiste où la candidate écologiste ne cache pas ses ambitions.

« Notre parti, c’est Villeurbanne », a justifié Emmanuelle Haziza sans rejoindre LREM. L’avocate se défend d’être une liste « dissidente ». Elle sera candidate à la mairie, et Bruno Bonnell tête de liste à Villeurbanne pour les métropolitaines, circonscription sur laquelle le parti présidentiel n’a encore investi aucun candidat. « C’est un truc à perdre la ville. Collomb n’aime pas Kabalo. Mais nous, nous préférions Kabalo à la ville et Bonnell à la métropole », a réagi un cadre du parti à Paris.

Soutenu par le référent départemental du parti

« Villeurbanne, c’était l’une des seules villes en France qu’on pouvait gagner. Tout ça est médiocre », a-t-il ajouté. Morgan Griffond, référent départemental du parti, présent ce mercredi a indiqué soutenir la démarche de Bruno Bonnell et d’Emmanuelle Haziza, qui se présente pourtant à la mairie contre Prosper Kabalo.

Bruno Bonnell a laissé planer le doute sur son choix pour la présidence de la métropole, entre le sortant David Kimelfeld, venu de LREM, et le maire de Lyon Gérard Collomb, investi par LREM. « On verra ça après. Aucun candidat n’est exclu aujourd’hui. Je soutiendrai celui qui aura une vision de Villeurbanne qui rejoint la mienne », a ajouté l’ancien entrepreneur.

La semaine dernière, lors d’une rencontre avec l’AFP, Prosper Kablo parlait d' « un entêtement et d’une aventure personnelle » de Bruno Bonnell, tout en dénonçant sa « méconnaissance des collectivités locales ». Sollicité mercredi, il n’avait pas encore réagi à l’annonce de son rival. Outre l’investiture LREM pour les municipales, Prosper Kabalo espérait bien aussi décrocher le soutien du parti gouvernemental pour les métropolitaines.

Interrogé sur la situation villeurbannaise, le maire de Lyon Gérard Collomb a mis en avant sa longue collaboration avec Bruno Bonnell, l’un des premiers marcheurs. « Je crois qu’il a vu le président de la République et donc, s’il part, c’est, semble-t-il, pour la bonne cause, peut-être avec l’assentiment du président de la République », a-t-il déclaré en marge de ses vœux à la presse.

La semaine dernière, Emmanuelle Haziza avait annoncé son départ des Républicains en réaction au choix de son parti de présenter uniquement des hommes comme têtes de liste dans les 14 circonscriptions de la métropole de Lyon en 2020.