Elections européennes: Un scrutin marqué par plusieurs couacs à travers la France

SCRUTIN Des électeurs radiés, des bulletins manquants ont été constatés

20 Minutes avec AFP

— 

Dans un bureau de vote pour les elections municipales à Toulouse.
Dans un bureau de vote pour les elections municipales à Toulouse. — FRED SCHEIBER

Electeurs radiés, bulletins manquants, mentions particulières sur les cartes électorales : quelques bugs ont été signalés ce dimanche pour les élections européennes. Dans certains bureaux de vote, des électeurs se sont plaints d’avoir été radiés sans raison des listes électorales.

C’est le cas par exemple dans le 1er arrondissement de Lyon. « J’ai voté en 2017, je n’ai pas déménagé, ma situation est banale et je suis frustrée parce que je voulais voter, je voulais m’exprimer ainsi », a déclaré une électrice, victime de cette situation. Des cas similaires ont été signalés également par plusieurs médias dans le sud de la France et en Alsace.

Bulletins manquants

Des partis, qui affirment avoir déposé des bulletins de vote partout, ont dénoncé l’absence de leurs bulletins dans certains bureaux. Le RN a dénoncé des cas à Rouen, dans le Haut-Rhin et dans le Var, affirmant que des maires avaient « dissimulé » des bulletins.

Génération. s, le mouvement de Benoît Hamon, dit avoir constaté des irrégularités dans les Bouches-du-Rhône, le Gard, la Corrèze, les Pyrénées-Orientales, la Somme, les Côtes-d’Armor. En Lozère, une électrice a fait part de l’absence de bulletins LREM dans son bureau de vote, à Montrodat. « J’ai fait le tour quatre fois pour trouver les bulletins. Finalement, j’ai dû mettre une enveloppe vide dans l’urne. Ça m’a gonflée d’être venue pour ça », a-t-elle expliqué.

Cartes d’électeurs aux mentions incongrues à Mayotte

Une polémique a agité le 101e département français en milieu d’après-midi dimanche, après que des électeurs ont compris que sur leur carte électorale était écrit « 98 : Anciennes colonies » à la place de « 97 : Mayotte ». Dans un communiqué, le Collectif des citoyens de Mayotte s’est dit « indigné » et a exigé « l’ouverture immédiate d’une enquête administrative » ainsi que « des excuses au plus vite » du préfet.

La préfecture a réagi dimanche soir par communiqué également, expliquant que le répertoire électoral unique s’appuie sur les états civils initiaux et que le lieu de naissance indiqué sur ces cartes « reflète le statut juridique du territoire de naissance au moment de son établissement ».