Thomas Vitiello, chercheur associé au Cevipof et responsable de la boussole européenne
Thomas Vitiello, chercheur associé au Cevipof et responsable de la boussole européenne — Thomas Vitiello

ELECTIONS

Elections européennes: «Les utilisateurs de la Boussole hésitent et ne savent pas encore pour qui voter»

Thomas Vitiello, chercheur associé au Cevipof et responsable de la Boussole, était l'invité de «20 Minutes». Il a répondu à nos questions à trois jours du scrutin des européennes, et à celles de nos internautes

Thomas Vitiello, chercheur associé au Cevipof est responsable de la Boussole européenne. Cet outil proposé par 20 Minutes permet de se situer dans le paysage politique français, et par rapport aux principales listes aux élections.

Qu’est-ce qui ressort des premiers résultats sur la Boussole ?

Il faut faire attention dans l’interprétation des résultats. Ce n’est pas un sondage, mais une démarche volontaire. On a plus de 70.000 personnes qui ont fait le test. Premier enseignement : la moitié des utilisateurs hésitent et ne savent pas encore pour qui voter.

C’est assez typique de ces élections

Oui, à cause notamment de la segmentation des listes, assez proches les unes des autres à gauche comme à droite.

Et alors comment se situent-ils ?

Ils sont assez favorables à l’intégration européennes : 6 sur 10, mais très peu satisfait de l’intégration européenne dans son format actuel : seulement 3 sur 10 le sont. Le désenchantement vis-à-vis de l’Union européenne ne porte pas sur le principe en soi, mais sur les modalités aujourd’hui. La moitié voudrait bien qu’il y ait d’avantage de politique sociale. Il y a une vision un peu critique de l’Europe : plus de social, d’environnement.

Il y a aussi une division sur la question migratoire

Oui, 40 % disent qu’on n’en accueille pas assez et 40 % qu’on en accueille trop. C’est une question qui clive aujourd’hui, même au centre ou au centre-gauche.

Les débats télévisés ont-ils un impact ?

Quand un électorat est volatil, les événements comme les débats peuvent avoir un impact. Ce mercredi, les trois têtes de liste des listes de gauche étaient bien présentes alors que les autres avaient les chefs de partis. L’enjeu était plus important pour ces têtes de listes de gauche.

EELV est bien placé dans la Boussole : pourquoi ce décalage avec les sondages ?

Ce n’est pas la même population. Les sondages se basent sur un échantillon représentatif de la population française. La Boussole européenne se base sur ses utilisateurs, plus jeunes que la moyenne des Français, plutôt des actifs, qui résident d’avantage dans des centres urbains. C’est aussi un outil internet, alors qu’une partie de la population utilise peu Internet, comme les retraités. Les trois listes qui matchent le plus avec les utilisateurs sont la liste Renaissance, la liste EELV et un peu plus loin la liste France Insoumise. C’est plus au centre-gauche que la moyenne nationale. Le point commun, c’est que la thématique environnementale est très importante pour tous. C’est peut-être sur cet enjeu que ça va se jouer dans les jours à venir.

Est-ce un bon signe pour EELV dimanche ? Doit-on s’attendre à une surprise ?

Traditionnellement, c’est une élection favorable aux écolos qui avaient fait 14 % en 2009, juste derrière le PS. La thématique environnementale a été reprise par la quasi totalité des partis. Mais est-ce que ces partis vont mettre en œuvre leurs promesses sur les thématiques environnementales ? C’est peut être sur l’enjeu de la crédibilité qu’EELV a un train d’avance. Cela fait quelques décennies que les écolos défendent ces causes aux niveaux local, national et européen. S’ils arrivent à s’imposer comme les plus crédibles sur cette question, cela va peser pour eux dans les jours à venir.