Elections européennes: Pollution, congé parental, TVA... «20 Minutes» a vérifié les affirmations du débat sur France 2

FAKE OFF Marine Le Pen, Laurent Wauquiez, Manon Aubry, François Bayrou, Yannick Jadot et Raphaël Glucksmann ont débattu au sujet de l'Europe ce mercredi en première partie de soirée sur France 2. « 20 Minutes » vérifie leurs affirmations

Mathilde Cousin

— 

Le débat était diffusé sur France 2 mercredi.
Le débat était diffusé sur France 2 mercredi. — Jacques Witt/SIPA
  • Six chefs de parti ou tête de liste pour les élections européennes ont débattu au sujet de l'Europe ce mercredi en première partie de soirée sur France 2. 
  • Migrants, TVA, écologie... 20 Minutes vérifie leurs affirmations.

Ecologie, TVA, migrants… Ce mercredi soir, six chefs de parti ou têtes de liste (François Bayrou pour le Modem/LREM, Manon Aubry pour LFI, Raphaël Glucksmann pour le PS/Place publique, Yannick Jadot pour EELV, Laurent Wauquiez pour LR et Marine Le Pen pour RN) ont débattu en première partie de soirée sur France 2 au sujet de l'Europe*. 20 Minutes a vérifié leurs affirmations.

Ce qu’a dit Yannick Jadot : « Il y a 67.000 morts prématurés en France liés à la pollution de l’air. »

Est-ce juste ? Ce chiffre est tiré d’ une étude parue en mars dans la revue European Heart Journal. Selon ces chercheurs allemands, l’air pollué est responsable de 67.000 décès prématurés en France. 40 à 80 % sont causés par des maladies cardiovasculaires, soulignent les scientifiques.

Cette estimation est supérieure à celle donnée par Santé publique France. En 2016, l’organisme estimait que 48.000 décès par an pourraient être imputables aux particules fines. Pourquoi une telle différence entre les deux études ? La réponse tient dans la méthode de calcul. Les chercheurs allemands n’ont pas utilisé la même méthodologie que l’organisme français.

Ce qu’a dit Raphaël Glucksmann : « Aux Etats-Unis, le taux d’impôt sur les sociétés est de 24 %, en Europe il est de 19 %. »

Est-ce juste ? En moyenne, la Commission européenne estimait ce taux à 21,8 % début 2018. Un taux qui cache cependant de grandes disparités selon les pays et les avantages fiscaux qu’ils offrent.

Aux Etats-Unis, le taux d’impôt sur les sociétés est passé de 35 à 21 % au niveau fédéral depuis le vote d’une loi en 2017. 44 des 50 Etats américains lèvent eux aussi un impôt sur les sociétés. En ajoutant ces deux niveaux, le taux moyen d’impôt sur les sociétés dans ce pays est de 25,7 %, selon les calculs de la Tax fondation, un think-thank d’analyse des politiques fiscales.

Ce que Manon Aubry a dit : « Dans le droit européen, aujourd’hui, il y a une directive qui empêche un taux de TVA à moins de 5 %. »

Est-ce juste ? La tête de liste LFI fait allusion à une directive de 2006. Dans ce texte, il est précisé que « le taux normal de TVA applicable à tous les biens et services dans tous les pays de l’UE ne peut être inférieur à 15 %. » Toutefois, des taux réduits « d’au moins 5 % » peuvent aussi être appliqués.

Ce texte prévoit également des exonérations de TVA dans certains cas. Comme le souligne Le Figaro, certains pays appliquent des taux inférieurs à 5 % sur certains biens : c’est le cas de l’Irlande qui applique un taux de 0 % sur certains produits alimentaires.

Ce qu’a dit François Bayrou : « Le congé parental paritaire a été refusé par la France car un congé parental ce n’est pas un arrêt maladie. »

Est-ce juste ? François Bayrou répondait à une interpellation de Yannick Jadot sur le congé parental paritaire. Celui-ci rappelait que la France avait refusé de voter pour ce texte proposé initialement par la Commission européenne.

Selon Raphaël Glucksmann, Emmanuel Macron aurait rejeté ce texte car il trouvait la proposition « trop chère ». Effectivement, en avril 2018, le président de la république avait repoussé publiquement la proposition en raison de son coût : « J’en approuve les principes, mais c’est une belle idée qui peut coûter très cher et finir par être insoutenable », avait alors expliqué le chef de l’Etat, selon Le Monde.

La Commission avait proposé un congé parental d’au moins quatre mois. Les travailleurs qui l’auraient pris auraient alors reçu « une rémunération ou une allocation adéquate équivalant au moins à ce que le travailleur concerné recevrait en cas de congé de maladie ». Un montant trop élevé pour Emmanuel Macron.

Ce que Raphaël Glucksmann a dit : « Il y a des migrants qui sont en train de mourir de faim dans les prisons hongroises. »

Est-ce juste ? Le 3 mai, l’ONU a alerté sur la situation des migrants dans ce pays : « selon les informations disponibles, depuis août 2018, au moins 21 migrants en attente d’expulsion ont été privés de nourriture par les autorités hongroises, dont certains pendant cinq jours maximum », a expliqué le haut-commissariat aux droits de l’homme.

En août 2018, Human Rights Watch et le comité Helsinki avaient déjà alerté sur des cas de privation de nourriture en Hongrie.

* Ce débat a été suivi par un second débat en deuxième partie de soirée entre neuf autres candidats.