Elections européennes: Sans l’UE, on n’aurait peut-être pas eu le même quartier Clichy-Batignolles à Paris

SOCIETE A l’occasion des élections, « 20 Minutes » s’est intéressé aux projets qui n’auraient pas pu voir le jour sans les fonds européens. Zoom sur le quartier Clichy-Batignolles

Romain Lescurieux

— 

Travaux autour du parc Martin-Luther-King dans le quartier Clichy-Batignolles, à Paris dans le 17e arrondissement en 2017.
Travaux autour du parc Martin-Luther-King dans le quartier Clichy-Batignolles, à Paris dans le 17e arrondissement en 2017. — LUDOVIC MARIN / AFP
  • Durant trois ans, l’Europe finance une expérimentation énergétique dans le quartier Clicly-Batignolles, dans le 17e arrondissement de Paris.
  • Dans cette zone de 7.500 habitants, pour 3.400 logements, l’objectif est de « permettre à l’élan énergétique du début d’être maintenu », détaille Ghislain Mercier, responsable « ville durable » au sein de Paris & Métropole Aménagement.
  • Les bâtiments et les infrastructures énergétiques du quartier ont été conçus pour consommer le moins d’énergie possible, pour utiliser l’énergie renouvelable de la géothermie et pour produire de l’électricité d’origine photovoltaïque.

« L’aménagement du quartier aurait été le même, en revanche concernant l’expérimentation sur l’efficacité énergétique, elle n’aurait pas existé sans l’Union européenne », affirme Ghislain Mercier, responsable « ville durable » au sein de Paris & Métropole Aménagement. Via le projet européen CoRDEES (CoResponsability in District Energy Efficiency & Sustainability).

Ce projet, lauréat en 2016 de l’appel à projets européen « Actions innovatrices urbaines » et co-financé par l’Union européenne à hauteur de 4,3 millions d’euros, regroupe cinq partenaires principaux : la Ville de Paris, Embix, Une Autre Ville, Paris Métropole Aménagement et Armines/ParisTech. Cette expérience d’une durée de trois ans doit permettre notamment d’accompagner le quartier Clichy-Batignolles (nord-ouest de Paris) vers une meilleure maîtrise énergétique.

« L’élan énergétique »

Le projet Clichy-Batignolles, situé dans le 17e arrondissement, se déploie sur 54 hectares entre la rue de Saussure, le boulevard périphérique, les avenues de Clichy et de la Porte de Clichy et la rue Cardinet. Établi sur une ancienne friche ferroviaire, ce projet « constitue la plus importante opération d’urbanisme parisienne réalisée dans cette mandature », rappelle la mairie de Paris.

Dans cette zone de 7.500 habitants, pour 3.400 logements, l’objectif est de « permettre à l’élan énergétique du début d’être maintenu. Il faut que ça continue aussi quand le quartier vit et pas uniquement sur le papier », détaille Ghislain Mercier. Mais concrètement qu’est-ce qui est mis en place pour maîtriser la performance énergétique réelle du quartier ?

« Mesurer les productions »

Les bâtiments et les infrastructures énergétiques du quartier ont été conçus pour consommer le moins d’énergie possible, pour utiliser l’énergie renouvelable de la géothermie et pour produire de l’électricité d’origine photovoltaïque. Une plateforme de quartier permet depuis peu de piloter en temps réel un ensemble de données relatives à la production et la consommation énergétique grâce à l’installation de capteurs dans chaque bâtiment. « Mille deux cents sur l’ensemble de la zone », note Ghislain Mercier.

Cette plateforme sera accessible aux utilisateurs locaux (propriétaires, occupants et usagers, gestionnaires des bâtiments, concessionnaires des réseaux, collectivité, aménageur, etc.) et permet de tester une nouvelle forme de gouvernance qui implique un principe de coresponsabilité énergétique pour l’ensemble des acteurs. « En fait, cela permet de mesurer les productions énergétiques et d’identifier là où il faut agir », ajoute Ghislain Mercier et de préciser : « Nous allons aussi voir les habitants pour les aider à avoir les bons réflexes [comme bien gérer sa consommation d’eau ou d’électricité]. Ce projet lancé en 2017 sur trois ans doit enfin servi d’exemple. Notamment pour le projet d’éco-quartier de Saint-Vincent-de-Paul dans le 14e arrondissement.

20 secondes de contexte

Selon les chiffres du site Toute l’Europe, la France a versé un montant total de 16,2 milliards d’euros à l’UE en 2017 et en reçu 13,5 milliards en retour, dont près de 9 milliards au titre de la Politique agricole commune (PAC).