Élections européennes: Gilles Helgen imprimera lui-même ses bulletins pour défendre le RIC

POLITIQUE Le chef d’entreprise breton est la tête de liste du Mouvement pour l’initiative citoyenne

Manuel Pavard

— 

Le Breton Gilles Helgen, 62 ans, se présente pour la deuxième fois aux européennes après 2009.
Le Breton Gilles Helgen, 62 ans, se présente pour la deuxième fois aux européennes après 2009. — M. Pavard / 20 Minutes
  • Le Breton Gilles Helgen a été tiré au sort pour être la tête de liste du Mouvement pour l’initiative citoyenne aux élections européennes.
  • Faute de moyens, ce chef d’entreprise imprimera lui-même ses bulletins qu’il ira distribuer dans les bureaux de vote autour de chez lui.
  • Son mouvement a pour seul leitmotiv la défense du référendum d’initiative citoyenne (RIC) mais ne souhaite pas pour autant être classé comme une liste de «gilets jaunes».

Le dimanche 26 mai, Gilles Helgen se lèvera aux aurores pour faire la tournée des bureaux de vote autour de sa commune de Bédée (Ille-et-Vilaine). « Je vais imprimer mes bulletins de vote et j’irai en distribuer 300 dans chacune des quatre communes que j’ai ciblées, à Bédée, Pleumeleuc, Montfort-sur-Meu et Montauban-de-Bretagne », explique le chef d’entreprise breton de 62 ans, tête de liste tirée au sort du Mouvement pour l’initiative citoyenne pour les élections européennes.

Ses 78 colistiers feront de même ainsi, espère-t-il, que ses électeurs potentiels qu’il appelle à imprimer des bulletins sur le site mouvementinitiativecitoyenne.fr, avant de les déposer dans leur bureau de vote le jour du scrutin. C’est malheureusement le lot de tous les « petits » candidats, déplore Gilles Helgen : « Imprimer ses bulletins et professions de foi coûte des millions d’euros. Nous n’avons pas les moyens des poids lourds de la politique. »

Le RIC, unique mot d’ordre du mouvement

Déjà candidat en 2009, Gilles Helgen connaît la musique. À l’époque, il avait récolté 581 voix, soit 0,02 % des votes exprimés. Cette fois encore, il ne se fixe « aucun objectif chiffré », même s’il scrutera attentivement les scores réalisés dans les quatre bureaux tests choisis par sa liste. Mais son objectif premier, c’est de défendre le référendum d’initiative citoyenne (RIC), « unique mot d’ordre » du Mouvement pour l’initiative citoyenne.

L’ancien militaire, qui possède aujourd’hui trois sociétés dans le bâtiment, les maisons individuelles et la production d’énergies électriques solaires, en a fait son cheval de bataille depuis près de 20 ans. « Au début des années 2000, j’ai décidé de ne plus voter et j’ai découvert le RIC, amené en France dans les années 1980 par Yvan Bachaud [ce dentiste à la retraite, considéré comme l’inventeur du RIC, est d’ailleurs porte-parole de la liste] », précise-t-il.

Pas une liste de gilets jaunes

« Nous voulons faire connaître le RIC qui est le seul moyen pour que les citoyens soient réellement entendus et puissent agir en matière politique, indique Gilles Helgen. On veut faire comprendre aux Français que c’est une arme dont ils ne doivent pas avoir peur. » Selon lui, « seule l’Europe pourrait l’imposer. Jamais les politiques français ne l’accepteront, ce serait se tirer une balle dans le pied. »

Si les gilets jaunes ont popularisé le RIC au cours des derniers mois, son mouvement « ne souhaite pas être associé à une liste de gilets jaunes ». « Certains d’entre eux font peur et veulent voir la tête de Macron au bout d’une pique, ce qui n’est évidemment pas notre cas », souligne Gilles Helgen, qui ne leur est pas non plus hostile. « Il y a des gilets jaunes sur notre liste, ajoute-t-il. D’ailleurs, je dois rencontrer cette semaine les gilets jaunes de Rennes, qui sont des gens sérieux. On verra bien s’ils sont plus proches de Lalanne, de Chalençon ou de nous. »