VIDEO. Algérie: Des centaines de manifestants se réunissent de nouveau contre un 5e mandat d’Abdelaziz Bouteflika

CONTESTATIONS Réunis ce dimanche dans la capitale algérienne, des centaines de manifestants ont scandé leur colère face à la nouvelle candidature d’Abdelaziz Bouteflika

20 Minutes avec AFP

— 

Un des nombreux manifestants ce dimanche 24 février à Alger entouré par un important dispositif policier.
Un des nombreux manifestants ce dimanche 24 février à Alger entouré par un important dispositif policier. — RYAD KRAMDI / AFP

Ils disent leur ras-le-bol dans les rues d’Alger ce dimanche. Plusieurs centaines de personnes ont protesté dans le centre d’Alger, à l’appel d’un mouvement « citoyen », pour s’opposer à un 5e mandat du président Abdelaziz Bouteflika, malgré un important dispositif policier.

En ce premier jour de semaine, la mobilisation a été bien plus faible que les manifestations massives de vendredi, où des dizaines de milliers de personnes étaient descendues dans la rue en Algérie, notamment dans la capitale, où les manifestations sont pourtant strictement interdites, répondant à des appels lancés sur les réseaux sociaux. Néanmoins, le groupe de protestataires, initialement une cinquantaine, n’a cessé de gonfler jusqu’à atteindre plusieurs centaines de personnes qui commençaient à se disperser peu avant 13H00.

Un rassemblement contenu par la police

La police avait initialement tenté d’empêcher le rassemblement en évacuant plusieurs minutes avant la place du centre d’Alger où il était prévu. Les dizaines de militants qui y étaient réunis se sont alors regroupés sur une artère commerçante contiguë, rejoints par de nombreux autres protestataires. Ils y ont été bloqués durant près de deux heures par la police, qui a fini par évacuer la chaussée à coups de gaz lacrymogènes et à rétablir la circulation en cantonnant les manifestants sur les trottoirs.

« Algérie libre et démocratique ! », « Non au 5e mandat ! », scandent les manifestants. Plusieurs personnes ont été interpellées. Dans le centre d’Alger, de nombreux commerces qui avaient ouvert normalement le matin avaient baissé leur rideau de fer. De très nombreux policiers en tenue anti-émeutes remontaient également vers le lieu de la manifestation.

Alger, unique lieu de ralliement

Fondé en juin 2018 pour s’opposer à un 5e mandat annoncé, le mouvement « citoyen » Mouwatana, composé d’intellectuels (partis d’opposition, militants associatifs, journalistes, avocats…), qui avait appelé à ce rassemblement, peine traditionnellement à mobiliser au-delà de son milieu d’origine, selon des observateurs.

Mouwatana a lancé des appels similaires à des rassemblements dans les principales villes d’Algérie mais pour l’heure aucune autre manifestation n’était signalée hors d’Alger.