Algérie : De nouveaux rassemblements prévus ce dimanche contre un 5e mandat d’Abdelaziz Bouteflika

MANIFESTATIONS Après les premières contestations populaires vendredi, de nouveaux appels à descendre dans la rue pour protester contre la candidature de l’actuel président se font entendre

20 Minutes avec AFP

— 

Un manifestant opposé  à la nouvelle candidature d'Abdelaziz Bouteflika, vendredi 22 février à Alger.
Un manifestant opposé à la nouvelle candidature d'Abdelaziz Bouteflika, vendredi 22 février à Alger. — RYAD KRAMDI / AFP

Loin des yeux et loin du cœur. Alors qu’il s’envole ce dimanche pour Genève afin de passer des examens médicaux, Abdelaziz Bouteflika est l’objet de vives contestations en Algérie.  De nouveaux rassemblements, à l’appel d’un mouvement « citoyen », sont prévus dimanche dans le pays, dont un à Alger, pour s’opposer à un 5e mandat du président Abdelaziz Bouteflika, candidat à sa réélection en avril alors qu’il a soufflé sa 81e bougie.

La mobilisation en ce premier jour de semaine devrait toutefois être moindre que vendredi, jour de week-end et de prière. Ce jour-là, des dizaines de milliers de personnes étaient descendues dans la rue, notamment à Alger, où les manifestations sont pourtant strictement interdites, répondant à des appels lancés par des anonymes sur les réseaux sociaux.

Un important dispositif de sécurité prévu

Fondé en juin 2018 pour s’opposer à un 5e mandat annoncé, le mouvement « citoyen » Mouwatana, composé d’intellectuels (partis d’opposition, militants associatifs, journalistes, avocats…), peine en outre traditionnellement à mobiliser au-delà de son milieu d’origine, selon des observateurs.

La tenue de nouveaux rassemblements, dans un pays où les manifestations de masse vendredi ont marqué les esprits, constitue toutefois un test, à moins de deux mois de la présidentielle. Un important dispositif policier a ainsi été déployé dimanche matin dans le centre de la capitale, où Mouwatana a appelé à se rassembler.

« Maintenir la pression »

« Nous ne nous attendons pas à une grande foule car c’est un jour de semaine, mais le but est de maintenir la pression contre ce pouvoir », a expliqué à l’AFP le coordinateur de Mouwatana, Sofiane Djilali, qui s’était déjà opposé au 4e mandat d’Abdelaziz Bouteflika en 2014.

Il a indiqué avoir choisi la date de ce dimanche car il était envisagé -sans que ce soit confirmé officiellement- qu’Abdelaziz Bouteflika, affaibli par un AVC dont il a été victime en 2013 et qui n’apparaît que rarement en public, inaugure la Grande Mosquée d’Alger et un nouveau terminal aéroportuaire.