Législative partielle en Haute-Garonne: Le député PS sortant largement réélu face au candidat LREM

ELECTIONS Le seul député socialiste sortant de la Haute-Garonne conserve son poste et inflige une lourde défaite au candidat macroniste dans la 8e circonscription lors d'une législative partielle...

Beatrice Colin

— 

Le député PSsortant, Joël Aviragnet, a largement battu son challenger LREM, Michel Montsarrat, lors du second tour de la législative partielle dans la 8e circonscription de la Haute-Garonne.
Le député PSsortant, Joël Aviragnet, a largement battu son challenger LREM, Michel Montsarrat, lors du second tour de la législative partielle dans la 8e circonscription de la Haute-Garonne. — GEOFFROY VAN DER HASSELT/AFP
  • Joël Arivagnet, le député PS sortant de la 8e circonscription de la Haute-Garonne, gagne cette législative partielle avec plus de 70 % des voix devant Michel Montsarrat (LREM).
  • Pour La République en Marche c’est un nouvel échec lors d’une législative partielle après les élections perdues du Val-d’Oise et dans le Territoire de Belfort.

Les visites ministérielles n’auront pas suffi à inverser la donne. Joël Arivagnet, le député sortant de la 8e circonscription de la Haute-Garonne va retrouver son siège à l’Assemblée nationale.

>> A lire aussi : Haute-Garonne: Pourquoi la législative partielle de dimanche est si importante (surtout pour le PS et En Marche)

Sans surprise, dimanche soir, le seul député socialiste du département qui avait résisté à la vague En Marche en 2017 a battu le candidat de la majorité présidentielle, Michel Montsarrat, lors du second tour d’une législative partielle avec plus de 70 % des voix.

Dès le premier tour, le sortant avait viré largement en tête réunissant 39 % des suffrages contre 20 % pour le son challenger macroniste.

Ce dernier, à l’origine du recours devant le Conseil constitutionnel qui avait invalidé l’élection, n’a pas réussi à mobiliser les abstentionnistes.

10 000 voix d’avance par rapport à 2017

Et alors qu’en 2017, seulement 91 petites voix séparaient ces deux candidats au second tour, ce dimanche Joël Aviragnet a pris le large avec près de 10.000 voix d’avance sur son challenger.

« C’est une très nette victoire avec une augmentation de plus de 7.000 voix par rapport au score de Joël Aviragnet en juin dernier. C’est la reconnaissance du travail d’un socialiste de terrain, une démonstration de la mobilisation des militants, un symbole du renouveau des socialistes Haute-Garonne. Et un signal fort contre les politiques injustes de Macron », a réagi le premier fédéral du PS en Haute-Garonne, Sébastien Vincini.

Un signal fort pour ce parti qui il y a encore un an pouvait compter sur neuf députés des dix députés de la Haute-Garonne. Pour le faire élire, les ténors locaux n’ont pas hésité à donner de leur personne.

Revers électoral de plus pour la Macronie

Du côté de La République en Marche, par contre, c’est un échec supplémentaire après les deux législatives partielles perdues dans le Val-d’Oise et dans le Territoire de Belfort.

Lors de sa visite de soutien, il y a dix jours, Gérard Collomb disait à Michel Montsarrat : « On a besoin du signal que ton élection va envoyer pour le président de la République puisse aller de l’avant ». Les symboles et l’adhésion populaire à la Macronie ne se traduisent pas dans les urnes. Bien au contraire.