Montauban: A deux ans des élections municipales, Brigitte Barèges doit-elle craindre la montée de La République en marche?

MUNICIPALES Les maires viennent de boucler la première partie de leur mandat. A deux ans des élections municipales, «20 Minutes» se demande quelles sont les forces en présence à Montauban…

Beatrice Colin

— 

La maire LR de Montauban, Brigitte Barèges, lors des élections départementales de 2015.
La maire LR de Montauban, Brigitte Barèges, lors des élections départementales de 2015. — REMY GABALDA / AFP
  • Brigitte Barèges, la maire les Républicains de Montauban, dans le Tarn-et-Garonne, devrait être candidate à sa succession, briguant un quatrième mandat.
  • La République en marche, en conflit ouvert avec la maire sortante, aura certainement un candidat. Tout comme l’opposition municipale, en particulier le PS qui a conservé la première circonscription du Tarn-et-Garonne lors des législatives.

Il y a quatre ans, Brigitte Barèges rempilait pour un troisième mandat à la mairie de Montauban. La maire Les Républicains sortait largement victorieuse d'une triangulaire face à la liste d’Union de la gauche et celle du Front national.

Mais depuis, le paysage politique a radicalement changé. Et la capitale du Tarn-et-Garonne ne fait pas exception à la règle. Pour conserver son fauteuil, Brigitte Barèges va devoir jouer des coudes.

Brigitte Barèges, dans les starting-blocks

Elle l’a laissé entendre clairement lors d’une réunion récente devant des militants de sa famille politiques, les Républicains. Brigitte Barèges devrait briguer en 2020 un quatrième mandat de maire. Mais son chemin ne sera pas pavé de roses.

 

Après avoir croisé le fer durant des années avec Jean-Michel Baylet, l’ancien président PRG du conseil départemental du Tarn-et-Garonne, depuis plusieurs mois elle est à couteaux tirés… avec ses successeurs. Pour évincer celui a qui durant des décennies été à la tête du département, elle avait pourtant réalisé des alliances avec eux. Mais ses «amis» d'hier, sont ses rivaux d'aujourd'hui. En particulier Pierre Mardegan, passé à la République en marche.

Entre les deux élus départementaux, l'hostilité n'est pas feinte. Lors des législatives de 2017, Brigitte Barèges n’a pas caché au micro de la radio CFM qu’elle avait préféré voter au second tour pour la socialiste Valérie Rabault, l’une de ses principales opposantes à la mairie, plutôt que pour celui qui l’a « trahi ».

La République en marche sur la route de Barèges

Dans ce contexte, aucun doute que Montauban sera sur la liste des villes à prendre par La République en marche comme l'indiquait récemment Europe 1. D’autant que Brigitte Barèges est sur la ligne Wauquiez, loin de certains édiles « Macron-compatibles ».

« Dériver vers une droite de plus en plus extrême aux côtés de MM. Laurent Wauquiez et Brice Hortefeux », c’est bien ce que critique Pierre Mardegan, que certains verraient bien endosser le maillot de candidat LREM.

A droite, le Front national connaît régulièrement des poussées, et cela se fera certainement aux dépens de Brigitte Barèges.

Une carte à jouer pour l’opposition de gauche

Ragaillardie par la large victoire de la socialiste Valérie Rabault aux législatives de 2017 sur la première circonscription du Tarn-et-Garonne, la gauche pourrait tirer profit de l’opposition farouche entre la maire sortante et LREM. D’autant que lors de ces dernières élections, Thierry Deville, le candidat LR et adjoint à Brigitte Barèges, avait à peine dépassé les 15 %.

S’il est certain qu’il y aura une liste à gauche, personne ne s’est encore déclaré pour en prendre la tête. La députée PS laisse planer le doute sur ses intentions. Interrogée en début d’année par La Dépeche du Midi, Valérie Rabault a indiqué qu'elle n'excluait rien.