Résultats législatives 2017: Alexis Corbière, lieutenant de Mélenchon, entre à l'Assemblée nationale

VICTOIRE Le porte-parole de la France Insoumise a gagné les élections législatives dans sa cironscription de Seine-Saint-Denis...

Coralie Lemke
— 
Alexis Corbière, le porte parole de La France insoumise prend la pose à Paris le 17 février 2017.
Alexis Corbière, le porte parole de La France insoumise prend la pose à Paris le 17 février 2017. — JOEL SAGET / AFP

Il va pouvoir faire entendre sa voix à l’Assemblée nationale. Le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, Alexis Corbière, est vainqueur au second tour des élections législatives dans la 7e circonscription de Seine-Saint-Denis. Il annonce être élu « à 56 à 58 % » des voix en Seine-Saint-Denis. Il faisait face à Halima Menhoudj, candidate de La République en marche, qui était pourtant arrivée en tête au premier tour.

>> A lire aussi : EN DIRECT. Résultats législatives 2017: Raz de marée confirmé pour LREM avec 355 sièges... Cambadélis quitte son poste à la tête du PS...

Alexis Corbière commence sa carrière politique dans la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) en 1993 avant de quitter le mouvement en 1997. Il rejoint alors le Parti socialiste jusqu’au congrès de Reims en 2008. C’est alors qu’il devient secrétaire national du Parti de gauche (PG), fondé par Jean-Luc Mélenchon en 2009. Lorsque ce dernier décide de se lancer dans la course à la présidentielle en 2016 sous l’étiquette France insoumise (FI), il rejoint son équipe de campagne.

Un lieutenant de Mélenchon

Aux élections législatives de 2017, il fait partie des principaux lieutenants de Jean-Luc Mélenchon qui se sont qualifiés pour le second tour, comme son directeur de campagne Manuel Bompard en Haute-Garonne ou encore des deux responsables du parti de gauche, Danielle Simonnet à Paris et Eric Coquerel à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis).

Alexis Corbière a axé sa campagne électorale autour de la loi travail. En plein entre-deux-tours des élections législatives, il avait participé à un « grand rassemblement festif et politique » contre la réforme du Code du travail à Montreuil jeudi dernier. Il avait également obtenu le soutien de deux figures de la gauche montreuilloise, Gaylord le Chequer candidat du Front de gauche (FDG) et Jean-Pierre Brard, ancien maire de Montreuil, à la tête du Comité des citoyens montreuillois.