Législatives: Recadré par Edouard Philippe, Bayrou invoque son «droit de réplique»

LIVE Suivez avec nous les déclarations et réactions politiques de cet entre-deux-tours des élections législatives...

D. D. et H.S avec AFP

— 

Le Garde des Sceaux, Francois Bayrou a voté à Pau dimanche 11 juin 2017 pour les élections législatives.
Le Garde des Sceaux, Francois Bayrou a voté à Pau dimanche 11 juin 2017 pour les élections législatives. — Bob Edme/AP/SIPA

L’ESSENTIEL

  • Le parti d’Emmanuel Macron arrive nettement en tête avec 32,3 % des voix. Il pourrait obtenir entre 400 et 455 sièges sur les 577 de l’Assemblée nationale.
  • LR-UDI obtient 21,5 %, le FN 13,2 % et La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon 11 %. Le PS s’effondre et obtiendrait entre 15 et 40 sièges avec ses alliés.
  • L’abstention a atteint le niveau jamais vu de 51,29 %.

 

A LIRE AUSSI

>> A lire aussi : Qui sont les quatre candidats élus dès le premier tour?

>> A lire aussi : A quoi pourrait ressembler la future opposition à l'Assemblée?

>> A lire aussi : Cambadélis, Mennucci, Hamon… La longue liste des ténors et ministres PS éliminés au 1er tour

 

22h15 : Ce live est terminé

Merci d’avoir passé cette journée en notre compagnie, on se retrouve demain. Allez plus que cinq jours et on pourra un peu souffler.

22h00: «Un rééquilibrage est nécessaire», selon Gérard Larcher

«La France va donner dimanche au président de la République une large majorité. C'est la logique des institutions» puisque depuis la réforme du quinquennat, les législatives sont «la réplique sismique de l'élection présidentielle», a affirmé  Gérard Larcher, président LR du Sénat, lors de l'émission L'épreuve de vérité, sur Public Sénat, avec l'AFP, Les Echos et Radio classique.

«Mais la démocratie, c'est aussi, à côté d'une majorité stable et claire, une opposition qui propose et qui parfois, au-delà du contrôle, doit s'opposer. Un rééquilibrage est nécessaire, y compris pour la réussite du quinquennat d'Emmanuel Macron», a-t-il ajouté.

21h45: Macron et May ensemble pour une minute de silence

Plus qu'un match de foot, une union sacrée.

 

20h24: La République en marche revendique 511 candidats LREM/MoDem pour le second tour

La République en marche (LREM) dit avoir qualifié 511 candidats issus de ses rangs ou de ceux du MoDem au second tour des élections législatives, un chiffre légèrement inférieur à celui du ministère de l’Intérieur. Au final, sur les 529 postulants investis conjointement par LREM et le MoDem, 442 REM et 69 MoDem sont encore en course, selon des données transmises par le parti ce mardi à l’AFP. Ce total diffère de celui du ministère de l’Intérieur qui a comptabilisé 516 qualifiés à l’issue du premier tour.

Trois raisons expliquent cette divergence: deux candidats qui concourent sous la bannière MoDem n’ont pas obtenu l’investiture de la République en marche et deux autres ont obtenu la « nuance » de LREM, attribuée par le ministère de l’Intérieur, après en avoir réclamé l’étiquette lors de leur dépôt de candidature en préfecture. Enfin, en Haute-Garonne, un candidat a vu son investiture retirée par la République en marche en raison d'une peine d'inéligibilité remontant à 2003. Mais cette décision n'est intervenue qu'après le dépôt des listes en préfecture.

19h52: Des élus communistes d'Evry appellent à soutenir Manuel Valls

Trois élus communistes de la ville d'Evry (Essonne) appelent à voter pour l'ancien Premier ministre Manuel Valls au second tour des législatives. « Opposés à la politique libérale des gouvernements précédents et actuels, nous pensons néanmoins que dimanche, voter pour Manuel Valls est la garantie d'avoir un député sérieux et efficace pour les habitants de notre circonscription », indiquent Diego Diaz, Chrisitan Pigaglio et Elise Yagmur dans une communication publiée sur le compte Twitter de Manuel Valls.

19h25: Pierre Laurent (PCF) appelle à voter pour Najat Vallaud-Belkacem (PS) dans le Rhône

Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste (PC) a appelé ce mardi à voter pour la candidate PS Najat Vallaud-Belkacem dans la sixième circonscription du Rhône face au « candidat de la finance » de La République en marche (LREM), Bruno Bonnell. L'ex-ministre socialiste est en ballottage très favorable dans ce fief historique de la gauche. Elle n'a obtenu que 16,54% des voix face aux 36,69% de son adversaire, un proche de Gérard Collomb. La maire de Paris Anne Hidalgo et l'ancienne garde des sceaux Christiane Taubira sont attendu ce mercredi dans le Rhône pour soutenir Najat Vallaud-Belkacem.

19h08: Mélenchon veut « avoir la main » à l'Assemblée nationale avec « 15 députés »

Jean-Luc Mélenchon, leader de La France insoumise (LFI), a revu ses ambitions à la baisse ce mardi, lors d'un déplacement dans le XIIIe arrondissement de Paris en soutien à Leila Chaibi, une des 67 candidates LFI qualifiées pour le second tour. Il a appelé à constituer « un groupe parlementaire » à l'Assemblée nationale, en faisant élire « quinze députés LFI » au second tour des élections législatives.

18h48: Le CEVIPOFF souligne le « renouveau limité » d’En Marche!

Dans une étude publiée ce mardi, le Centre de recherches politiques de Sciences Po analyse le profil des 529 candidats officiellement investis par La République en marche (LREM). Si « un véritable rajeunissement caractérise ces candidats », l’étude indique que la plupart d’entre eux ont eu dans le passé « un engagement de type politique » et que leurs « origines socioprofessionnelles sont particulièrement étroites ». Avec, notamment, une surreprésentation des classes professionnelles supérieures parmi ces prétendants à l’Assemblée.

18h18: Marine Le Pen « appelle à la mobilisation » contre la politique « dévastatrice » de Macron

Lors d'une conférence de presse à Soissons (Aisne), la présidente du Front National (FN) a indiqué qu'il « n'y aura pas de démocratie vivante à l'Assemblée, avec 450/500 soldats du macronisme qui ne pensent pas mais qui voteront comme M. Macron leur demandera de voter ». Les cinq candidats FN dans l'Aisne, dont le responsable de son projet présidentiel Jean Messiha ou son conseiller Damien Philippot, frère du vice-président du FN, sont tous au second tour mais dans des situations difficiles.

17h51: Christian Estrosi soutient Eric Ciotti… sans enthousiasme

>> A lire aussi : Législatives: A Nice, Christian Estrosi soutient Eric Ciotti sur la pointe des pieds

 

17h18 : Sylvain Maillard, député LREM élu au 1er tour fait ses premiers pas à l’Assemblée

Photo officielle, récupération de l’écharpe tricolore et découverte du Palais Bourbon… Sylvain Maillard, nouvel élu de la République en marche (REM), a fait sa « rentrée » mardi à l’Assemblée nationale, suivant un parcours bien orchestré.

Cet entrepreneur de 43 ans, élu dès le premier tour dans la 1ère circonscription de Paris, a évoqué « un moment fort » et sa « fierté » notamment d’être « le premier », devant une nuée de journalistes. Très à l’aise, donnant des interviews en anglais et en allemand, cet élu municipal du IXe arrondissement de Paris est estampillé « société civile ».

Accompagné par une femme huissier, il a procédé aux formalités d’enregistrement et fait des photos officielles, notamment dans l’hémicycle. Il a également récupéré la « mallette » dédiée aux élus, contenant l’écharpe tricolore et le « baromètre », insigne porté dans des cérémonies publiques.

 

17h5 : C’est la journée des clashs, après Bayrou/Philippe et Bournazel/El Khomri, découvrez Collard/Crauste

Cet après-midi, le député FN du Gard et candidat à sa réélection s’est offusqué sur les réseaux sociaux du sort réservé à son opposante par la mairie du Grau-du-Roi le soir du 1er tour. Le maire de la commune a répondu aux accusations sur sa page Facebook. « Il n’a pas été question de fêter quoique ce soit hier soir à l’hôtel de ville du Grau du Roi. Il n’y a d’ailleurs aucun service de boisson ou nourriture et donc aucune dépense engagée. Vos allégations sont erronées à moins que ce soit de la désinformation calomnieuse volontaire pour jeter le trouble. La candidate à simplement répondu à la demande des médias pour faire un point presse depuis le Grau du Roi ».

 

16h47: Bayrou persiste et invoque son « droit de réplique »

«Je ne suis pas devenu muet en rentrant dans un ministère», a déclaré au site de L’Obs François Bayrou en réaction au recadrage opéré ce mardi par Edouard Philippe. François Bayrou est accusé d'avoir voulu faire pression sur un journaliste de Radio France qui enquêtait sur les assistants parlementaires du MoDem. 

 

15h58: Pourquoi se sont-ils abstenus ? Les internautes témoignent sur 20Minutes

>> A lire aussi : Législatives: «Je ne vais quand même pas aller voter tout en sachant que je participe à ma propre et lente "exécution"»

 

15h42: Dans l'Aveyron, un candidat de droite jette l'éponge avant le second tour 

>> A lire aussi : Aveyron: Son challenger de droite jette l'éponge, la candidate LREM marche seule

 

15h41: Le Canard Enchaîné va publier mercredi de nouveaux éléments sur l'affaire des assistants parlementaires du MoDem 

 

15h31 : François Bayrou est-il aussi « exemplaire » que le projet de loi sur la moralisation de la vie publique qu’il porte au sein du gouvernement ? 20 Minutes a fait le point. A lire ci-dessous

>> A lire aussi : Les trois fois où le ministre de la Justice, François Bayrou, n'a pas fait preuve d'«exemplarité»

 

15h05 : Accusé de « pressions » contre un journaliste de Radio France, François Bayrou se défend (ici on n’a pas bien compris ce qu’il voulait dire…)

Interviewé sur BFMTV, voilà la défense du ministre de la Justice :

« Chaque fois qu’il y aura des choses à dire, à des Français, des responsables, qu’ils soient politiques, qu’ils soient journalistiques, qu’ils soient médiatiques, chaque fois qu’il y aura quelque chose à dire, je le dirai. Parce que vous savez bien de quoi il s’agissait, il s’agissait de dénonciations anonymes et aussi de l’utilisation de moyens, de l’utilisation de téléphones personnels privés.. Chaque fois qu’il y a quelque chose qui ne me paraîtra pas convenable je le dirai. Parce qu’il faut bien que quelqu’un, dans la vie civique, il faut bien que tous ceux qui veulent à la fois la liberté de la presse, que j’ai toujours défendue, toujours protégé (…) il faut aussi qu’il puisse y avoir le rappel de convictions civiques que nous devrons partager tous, c’est aussi simple que ça, quand il y a quelque chose à dire, on le dit simplement, on le dit sans aucune pression mais on le dit pour que le dialogue civique entre journaliste, responsable et citoyens soit un dialogue franc et j’essaie d’être franc. »

 

14h51 : La bataille entre Bournazel et El-Khomri, saison 1 épisode 5

C’est le bazare dans le XVIIIe arrondissement de Paris. Depuis ce mardi matin, les candidats Myriam El-Khomri et Pierre-Yves Bournazel (LR) se disputent par médias interposés. En cause, le soutien d’Emmanuel Macron revendiqué par l’ancienne ministre du Travail. Un soutien démenti par le candidat Les Républicains (lui-même soutenu par Edouard Philippe) dans la matinée : « Il n’y a pas de candidat En Marche ! » a-t-il déclaré.

Cet après-midi, Myriam El-Khomri a réitéré ses déclarations sur la chaîne Cnews : « Le fait qu’il n’y ait pas de candidat En Marche était une forme de soutien de Macron à ma candidature », a-t-elle expliqué, ajoutant que le soutien du chef de l’Etat lui avait été apporté lors de « conversations privées ».

14h36: Mercredi, Christiane Taubira et Anne Hidalgo iront soutenir Najat Vallaud-Belkacem 

>> A lire aussi : Législatives: Taubira et Hidalgo attendues à Villeurbanne en soutien à Najat Vallaud-Belkacem

 

14h22 : Recadré par Edouard Philippe, Bayrou assure qu’il n’y a « pas de problème ou de différence d’interprétation »

Interrogé par BFMTV lors d’un déplacement, le ministre de la Justice, mis en cause dans une affaire sur les emplois d’assistants parlementaires d’eurodéputés de son parti, a réagi au recadrage opéré ce matin par le 1er ministre. « Il n’y a pas de problème ou de différence d’interprétation entre Edouard Philippe et moi (…) Je n’ai rien d’autre à dire parce qu’une enquête est en cours ».

 

14h10 : Collard annonce avoir « saisi la Commission nationale des comptes de campagne et le procureur »

Le député et candidat frontiste du Gard a annoncé cet après-midi sur sa page Facebook et son compte Twitter avoir « saisi la commission nationale des comptes de campagne et le procureur ». Il accuse son adversaire LREM, Marie Sara, d’avoir été reçue à la mairie du Grau-du-roi au soir du premier tour pour célébrer sa victoire : « Marie Sara Lambert et En Marche se croient tout permis. Le maire du Grau-du-Roi s’est autorisé, comme si la mairie lui appartenait, de la mettre à disposition de sa candidate », a écrit l’élu.

 

13h58 : Une bonne sœur de 78 ans a voté dimanche en… hoverboard

La scène, repérée par le site de Francetvinfo, a été immortalisée dimanche dernier à Beaugé (Maine-et-Loire). Le site d’information confessionnel, Aleteia, raconte la scène : « Sœur Fabienne, qui fêtera ses 25 ans de vie religieuse le 24 juin prochain, et ses 78 ans le lendemain, fait partie de la communauté des Filles du Cœur de Marie Compatissant au Pied de la Croix établie à Beaugé (Maine-et-Loire) ». Elle « a fait sensation en votant en hoverboard pour le premier tour des élections législatives ». L'objet lui aurait été prêté par le père Aymeric de Salvert précise le site. 

 

13h38: Pierre-Yves Bournazel assure que ni Myriam El Khomri ni lui n'ont le soutien d'Emmanuel Macron

« Il n'y a pas de candidat En Marche! » a affirmé le juppéiste investi par Les Républicains (LR) mais qui se revendique de la majorité présidentielle. Dans la 18e circonscription de Paris où aucun candidat n'a officiellement été investi par La République en marche (REM), l'ex-ministre du Travail Myriam El Khomri avait revendiqué lundi sur Twitter un « soutien officiel » d'Emmanuel Macron, son ancien collègue au sein du gouvernement Valls.

 

12h40: L’actrice Corinne Masiero soutient François Ruffin

L’actrice Corinne Masiero a apporté publiquement son soutien à François Ruffin, candidat de La France insoumise à Amiens (Somme), indique France 3 Nord. «Si tous les mecs qui sont comme vous se bougent le cul pour aller voter pour lui, il va passer et on va leur foutre un gros brin !», a-t-elle lancé lors d’un meeting.

 

12h30: Dans le 18e arrondissement, face à El-Khomri, la France Insoumise recommande le vote blanc, nul ou l'abstention 

 

12h09: François Baroin (LR) juge «préférable» de «rééquilibrer les pouvoirs» (Le Figaro)

Dans une interview accordée au quotidien Le Figaro, le chef de file des Républicains François Baroin plaide pour une «opposition suffisamment conséquente (...) qui jouera son rôle». Il a également adressé quelques critiques aux candidats LR qui ont fait une campagne pro-Macron, et affirmé que la question de l'avenir de son parti «se posera après l'été».

«Je ne fais pas mienne la phrase de Jules Renard "Je ne dis rien et je n'en pense pas plus". J'en pense plus, mais je ne le dirai pas», a-t-il dit, alors qu'il était interrogé, à l'antenne d'Europe 1, sur les candidats LR aux législatives ayant affiché leur soutien au gouvernement d'Emmanuel Macron (République en marche) et d'Edouard Philippe (issu de LR) pendant la campagne.

 

12h04: Kévin Pfeffer (FN) pourrait devenir le 1er «Kévin» à faire son entrée à l'Assemblée 

>> A lire aussi : Résultats législatives: Candidat du Front national, Kévin Pfeffer sera-t-il le premier Kevin de l'histoire élu à l'Assemblée?

 

12h01 : Dans l’Essonne, Dassault appelle à voter pour Valls

Si Benoît Hamon (PS) a appelé à voter contre l’ancien Premier ministre socialiste Manuel Valls, le sénateur Les Républicains Serge Dassault a appelé mardi à voter pour lui. « J’appelle tous mes amis et tous les électeurs (…) à voter pour Manuel Valls, député sortant, contre les Insoumis », écrit l’ancien maire de Corbeil-Essonnes, ville de la circonscription, dans un communiqué.

Les « propositions irréalistes » de la candidate LFI « font peser de graves menaces sur notre pays et n’apporteraient aucune solution concrète pour notre territoire », poursuit M. Dassault, mis en examen pour des achats de votes présumés dans les quartiers sensibles de Corbeil-Essonnes lors de la campagne des municipales en 2009-2010.

11h56 : Pendant ce temps-là, Jean-Christophe Cambadélis est toujours un peu gênant…

Le Premier secrétaire du parti socialiste n’est pas mauvais perdant. Sur Twitter, il a fait référence à la fameuse « palette » en bois rouge qui avait fait le bonheur des internautes pendant la campagne du premier tour (on vous racontait tout ça ici). Un peu de second degré, ça ne fait pas de mal.

 

11h53: Il est bientôt midi, on commence à avoir faim, pour vous détendre, voilà le tweet un peu WTF d'une candidate vendéenne 

 

11h43: NKM avoue n'avoir aucun «plan B» si elle est éliminée dimanche prochain

«There is no Plan B because there is no election B» comme dirait Emmanuel Macron... Ce mardi, la candidate LR Nathalie Kosciusko-Morizet en ballottage défavorable dans la deuxième circonscription de Paris (Ve et en partie VIe et VIIe arrondissements) face à un candidat REM, a assuré ne pas avoir de «plan B», mettant «toute son énergie» pour gagner.

 

11h30: Henri Guaino maintient ses propos sur les électeurs de sa circonscription

« Je n’ai pas insulté, j’ai dit ma vérité », a soutenu mardi, l’ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy à l’Elysée. Candidat dissident LR à Paris largement battu au premier tour des législatives, Henri Guaino a provoqué un tollé en affirmant que ses électeurs étaient « à vomir ».

Des propos maintenus ce jour : « Je n’ai pas parlé de toute la France », a-t-il souligné sur CNews. Selon lui, ses propos ne visaient que « les bobos qui vivent dans l’entre-soi » et « cette droite traditionnelle tellement hypocrite, au fond un peu pétainiste, qui n’est pas capable de se comporter conformément aux valeurs qu’elle proclame ».

11h26: Sur Twitter, Alain Juppé plaide pour «la relève» 

 

11h21 : Sur Cnews, François Bayrou a mis en cause un collaborateur d’Anne Hidalgo dans l'affaire du MoDem

>> A lire aussi : VIDEO. Assistants parlementaires MoDem: François Bayrou évoque «une opération politique»

 

11h18: Le PS appelle à voter pour la France Insoumise contre le FN en Meurthe-et-Moselle

C'est le candidat du FN, Cédric Marsolle, qui est arrivé en tête des suffrages lors du premier tour des élections législatives. 

 

11h15: Jean-Luc Mélenchon soutient les quatre frondeurs PS opposés à la loi Travail

Le chef de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon a apporté mardi son soutien pour le second tour des législatives aux « quatre » députés PS encore en lice qui avaient signé la motion de censure contre la loi travail. « J’appelle à voter pour les députés du PS qui ont signé la motion de censure. (…) Il y en a quatre en tout et pour tout dans le pays », a-t-il dit sur RTL, en citant Régis Juanico (Loire) et Barbara Romagnan (Doubs).

 

11h13: A Rennes, un candidat LR opposé à LREM s’affiche avec… le Premier ministre

 

10h58 : Segolène Royal a voté En Marche ! et déplore les « divisions » du PS

Le PS paie ses « divisions » et il va sans doute y avoir une « recomposition » à gauche, a estimé mardi Ségolène Royal, qui a voté dimanche pour une candidate En Marche ! au premier tour des législatives. Interrogée sur RMC-BFMTV, l’ancienne ministre de l’Environnement a ajouté qu’elle était en contact avec les ministres Nicolas Hulot et Jean-Yves Le Drian pour continuer à travailler sur les questions climatiques. Ségolène Royal, qui dit avoir voté Macron à la présidentielle, ajoute avoir également opté pour la candidate En Marche ! dans sa circonscription des Deux-Sèvres. Car « c’était une bonne candidate », dit-elle au sujet de Christine Heintz (REM), qui a devancé de peu au premier tour Delphine Batho (PS), une ancienne proche de Mme Royal.

 

10h54: Pourquoi la défaite du PS risque de coûter très très cher au parti ? Réponse ci-dessous 

>> A lire aussi : Législatives: La défaite du PS est pire que ce que vous imaginez (il est question de gros sous)

 

 

10h26 : Le New York Times s’inquiète de la forte majorité donnée à Macron

Dans un édito publié lundi soir et intitulé « Le pouvoir sans entrave d’Emmanuel Macron », le prestigieux quotidien américain s’est fait l’écho des inquiétudes suscitées par le projet de loi sur l’état d’urgence, visant à faire passer ses mesures dans le droit commun. « La seule chose qui peut aujourd’hui empêcher ce projet d’entrer dans la loi est le Conseil Constitutionnel », écrit le journal.

 

10h13: Le député Les Républicains en Corse visé par une enquête révèle Mediapart

Rocca Serra, actuel député de Corse-du-Sud et candidat à sa réelection serait soupçonné d'avoir sous-évalué sa déclaration de patrimoine à hauteur d'un million d'euros. Selon le pure-player, une enquête préliminaire serait ouverte. 

 

9h53 : Benoît Hamon appelle à voter pour "les candidats de gauche" face à LREM ou LR

Le candidat déçu du PS, éliminé au premier tour des élections législatives a annoncé lundi soir qu’il comptait soutenir la candidate de la France Insoumise opposée à l’ancien Premier ministre Manuel Valls. « Je pense que Valls est sur un projet politique qui s’est éloigné de la gauche », a déclaré l’ancien élu.

 

9h46 : Pourquoi les jeunes se sont abstenus dimanche dernier ? 20 Minutes leur a posé la question

>> A lire aussi : Législatives: On a demandé à des jeunes pourquoi ils se sont abstenus

 

09h43 : Edouard Philippe recadre François Bayrou (Franceinfo)

Interviewé ce mardi matin sur Franceinfo, le Premier ministre Edouard Philippe a rappelé à l’ordre son Garde des Sceaux. François Bayrou aurait fait pression la semaine dernière sur un journaliste de Radio France qui enquêtait sur le financement du MoDem. « Quand on est ministre, on n’est plus un homme animé par ses humeurs. (…) J’ai indiqué à l’ensemble de mes ministres qu’il fallait systématiquement penser à l’exemplarité », a précisé le Premier ministre interrogé à ce sujet.

 

9h35: Jean-François Copé plaide pour une plus forte opposition à Macron 

 

9h05: Ségolène Royal veut mettre ses compétences «au service du gouvernement»

Ségolène Royal n'envisage pas de se retirer de la vie politique. « Je vais continuer le combat climatique, d’une façon ou d’une autre », (…) je mettrai mes compétences au service du gouvernement », a déclaré l'ancienne ministre sur BFMTV.

 

9h: Edouard Philippe juge qu'il serait «utile» d'introduire «une dose de proportionnelle à l'Assemblée nationale»

Edouard Philippe a jugé ce mardi qu'il serait «utile» d'introduire «une dose de proportionnelle à l'Assemblée nationale», tout en s'interrogeant sur le niveau auquel fixer ce changement prôné par Emmanuel Macron dans le mode de scrutin législatif.

«Je pense qu'il est utile qu'une dose de proportionnelle soit introduite à l'Assemblée nationale». «Après, il y a un sujet sur la dose. Est-ce que c'est une petite dose, une dose totale? Là, il y a un sujet», a déclaré le Premier ministre sur franceinfo, rappelant également l'engagement présidentiel de réduire le nombre de parlementaires.