Richard Ferrand «réfute et condamne tous les soupçons» de l'article du «Monde»

POLITIQUE De nouvelles suspicions de « mélange des genres » planent sur le ministre de la Cohésion des territoires…

Clémence Apetogbor avec AFP

— 

Le ministre de la Cohésion des territoires Richard Ferrand
Le ministre de la Cohésion des territoires Richard Ferrand — CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Le ministre de la Cohésion des territoires Richard Ferrand « réfute et condamne tous les soupçons » de l’enquête du journal Le Monde, qui l’accuse ce mardi de « mélange des genres » entre affaires privées et vie publique.

« Sous couvert de présentation objective de situations, cet article fait des amalgames et laisse place à tous les sous-entendus sans jamais rien démontrer », a dénoncé Richard Ferrand dans un communiqué. Malgré ces nouvelles accusations, le ministre de la Cohésion des territoires, Richard Ferrand, garde « la confiance » d’Édouard Philippe, a affirmé à l’AFP l’entourage du Premier ministre.

Ces nouvelles suspicions de « mélange des genres » lorsque Richard Ferrand dirigeait les Mutuelles de Bretagne altèrent-elles la confiance affichée la semaine dernière par Édouard Philippe à son ministre ? « Non ! » a-t-on vigoureusement réagi à Matignon. « Richard Ferrand a la confiance du Premier ministre. » « Aucun des faits rapportés par les médias n’est répréhensible aux yeux de la loi », a fait valoir l’entourage du chef du gouvernement.

>> A lire aussi : Richard Ferrand regrette d'avoir embauché son fils comme assistant parlementaire

Polémique et appel à démission

Le ministre de la Cohésion des territoires, un ex-socialiste et un rallié de la première heure à Emmanuel Macron, est confronté à une polémique et à des appels à la démission consécutifs à des révélations du Canard enchaîné, notamment sur une location immobilière des Mutuelles de Bretagne impliquant sa compagne.

Selon l’hebdomadaire satirique, les Mutuelles de Bretagne, dont Richard Ferrand était alors le directeur général, avaient souhaité en 2011 louer des locaux commerciaux à Brest pour ouvrir un centre de soins.

Sur Twitter, le palmipède annonce à la veille de sa sortie en kiosques que « des extraits du compromis de vente qui font plonger Ferrand » seront à retrouver dans ses colonnes.

L’entreprise mutualiste avait choisi, entre trois propositions, celle d’une société civile immobilière, non encore constituée, appartenant à la compagne du ministre.

Selon des informations publiées par Le Monde et Mediapart mardi, la compagne de Richard Ferrand, qui est avocate, a eu plusieurs contrats auprès de l’entreprise. Et son ex-femme, artiste plasticienne, a également obtenu plusieurs contrats d’aménagement d’intérieur via les Mutuelles de Bretagne, avant et après le divorce du couple.

Les électeurs, « juge de paix » aux législatives

Richard Ferrand a également employé comme assistant parlementaire le compagnon de celle qui lui a succédé à la direction des Mutuelles de Bretagne.

Alors que le gouvernement est en pleine préparation d’une loi sur la moralisation de la vie publique, il n’a cessé de contester toute irrégularité et a exclu de démissionner.

>> A lire aussi : François Baroin estime que la position de Richard Ferrand «va très vite devenir intenable»

Le Premier ministre, issu de LR, avait renouvelé vendredi sa confiance à Richard Ferrand et considéré que les électeurs seraient « juge de paix » aux législatives. « Il n’y a pas de procédure juridictionnelle en cours, il n’y a donc pas une affaire, il y a un débat. Ce débat, il est politique et il sera tranché par ceux qui sont les plus et les mieux à même de trancher (…) les électeurs », avait déclaré Edouard Philippe.

Richard Ferrand brigue un second mandat de député, sous l’étiquette de La République en marche (LREM), dans la 6e circonscription du Finistère.

Les ministres battus aux législatives devront quitter le gouvernement, selon la règle d’usage confirmée par la présidence Macron.