Législatives: Les Républicains en meeting à Paris dans un climat morose

POLITIQUE Les Républicains organisent ce samedi à Paris leur seul meeting national de campagne pour les législatives...

20 Minutes avec AFP
— 
François Baroin (LR), le 18 mai 2017 à Bordeaux.
François Baroin (LR), le 18 mai 2017 à Bordeaux. — SIPA

Les Républicains cherchent la parade. Environ 2.000 personnes sont attendues à 16 h 00 ce samedi au parc floral du bois de Vincennes pour ce grand meeting où plusieurs personnalités LR prendront la parole pour appeler au « rassemblement » face au « bilan catastrophique de la gauche et la victoire d’ Emmanuel Macron », selon Bernard Accoyer, secrétaire général du parti.

>> A lire aussi : Pourquoi cette campagne des législatives est vraiment unique

La défaite de François Fillon au premier tour de la présidentielle a déprimé une droite qui s’imaginait il y a encore quelques mois pouvoir reprendre le pouvoir à la gauche. Malgré les mises en garde de François Baroin prévenant que « Macron veut tuer la droite », des fissures ont rapidement lézardé « l’unité » de façade du parti, douchant les espoirs de cohabitation.

Trois personnalités LR se sont ralliées au gouvernement : Edouard Philippe, Premier ministre, Bruno le Maire, ministre de l’Economie, et Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics. D’autres se sont rapprochés du camp macroniste à l’instar de Thierry Solère ou Nathalie Kosciusko-Morizet, initiateurs d’un appel à saisir « la main tendue » du président de la République.

« Personne n’y croit »

Thierry Solère en a déjà payé le prix puisqu’il a dû démissionner vendredi de la présidence du groupe LR au conseil régional d’IdF. Officiellement pour « se concentrer sur les élections législatives ». En réalité, il s’agit bien d’une « éviction en douce », selon un élu LR. La République en marche a décidé de ne pas lui opposer de candidat dans sa circonscription des Hauts-de-Seine.

Contrairement à son collègue, NKM devra, elle, affronter à Paris un candidat REM mais également deux dissidents LR : Jean-Pierre Le Coq, maire du VIe arrondissement, et Henri Guaino, l’ex-plume de Nicolas Sarkozy.

Une victoire aux législatives, « personne n’y croit », lâche un élu LR. « Macron aura la majorité absolue. On table, nous, sur 150 à 170 députés, y compris les UDI », affirme l’élu. Toutefois, Baroin continue à faire campagne avec un optimisme tempéré. L’essentiel de sa campagne tourne autour de la fiscalité et du pouvoir d’achat.