Alain Juppé aurait déconseillé à son ami Edouard Philippe d'accepter Matignon

POLITIQUE C’est ce que révèle « Le Canard enchaîné » dans son édition de ce mercredi…

F.F.

— 

Alain Juppé ne veut pas "redescendre dans l'arène".  / AFP PHOTO / Nicolas TUCAT
Alain Juppé ne veut pas "redescendre dans l'arène". / AFP PHOTO / Nicolas TUCAT — AFP

La mise en garde d’un ami de longue date. Dans son édition de ce mercredi, Le Canard enchaîné affirme qu’ Alain Juppé, très proche du nouveau Premier ministre Edouard Philippe, lui aurait déconseillé d’accepter son nouveau poste à Matignon, notamment par sur les conséquences de son avenir politique au sein des Républicains.

« Vous allez passer pour un traître. Vous allez être lâché par tout le monde. […] Je pourrai vous soutenir individuellement mais pas politiquement », aurait prévenu l’ancien Premier ministre de Jacques Chirac. Pour le moment, les Républicains n’ont pas émis l’hypothèse de virer le nouveau Premier ministre de leurs rangs mais il pourrait être demandé aux candidats du parti aux législatives de signer un texte les engageant à « défendre résolument les valeurs et le projet politique de la droite et du centre » pendant les législatives contre celui « des candidats En marche », d’après LCI.

« Je sais que Matignon ne se refuse pas, mais n’y allez pas »

Concernant la formation du nouveau gouvernement, Edouard Philippe aurait confié à Alain Juppé qu’il ne pourrait pas en choisir la composition, selon Le Canard enchaîné. Un problème, selon l’ancien locataire de Matignon qui lui aurait répondu : « Matignon, c’est déjà difficile quand on dispose, comme c’était mon cas avec Chirac, d’une marge de manœuvre importante. Mais, quand on ne l’a pas, c’est mortel. […] Je sais que Matignon ne se refuse pas, mais n’y allez pas. Prenez un gros ministère, comme la Défense. »

Interrogé lundi sur la nomination du maire du Havre comme Premier ministre, Alain Juppé s’était contenté de lui souhaiter « bonne chance ». « C’est un maire apprécié par la population de sa ville, qu’il a considérablement développée dans la continuité d’ Antoine Rufenacht. C’est aussi un député qui connaît parfaitement les rouages de l’activité parlementaire. Il a donc, je crois, toutes les qualités pour assumer la fonction difficile que le président de la République vient de lui confier », avait-il confié.