MacronLeaks: François Hollande assure que «rien ne sera laissé sans réponse»

PIRATAGE « Il faut laisser les enquêtes se faire », a-t-il ajouté...

G. N. avec AFP

— 

François Hollande, le 29 avril 2017.
François Hollande, le 29 avril 2017. — Martin Meissner/AP/SIPA
  • L’équipe de campagne d’Emmanuel Macron a été victime d’un piratage massif
  • En visite à l’Institut du monde arabe, François Hollande a affirmé que cette infraction ne resterait pas impunie
  • En revanche, il n’y voit pas une tentative de déstabilisation

François Hollande a assuré samedi que le piratage massif de documents internes de l’équipe d' Emmanuel Macron ne resterait pas « sans réponse ». « On savait qu’il y aurait ces risques-là durant la campagne présidentielle puisque ça s’était produit ailleurs. Rien ne sera laissé sans réponse », a-t-il déclaré à l’AFP à l’issue d’une visite de l’exposition « Trésors de l’islam en Afrique » à l’Institut du monde arabe (Ima) à Paris.

>> A lire aussi : Qui est Jack Posobiec, l’américain par qui le «MacronLeaks» est arrivé

« S’il y a eu effectivement un certain nombre de parasitages ou de captations, il y aura des procédures qui vont entrer en vigueur », a déclaré le chef de l’Etat, sans plus de précisions. « Il faut laisser les enquêtes se faire », a-t-il ajouté, assurant que les pouvoirs publics étaient « mobilisés » également, « depuis avant même qu’il y ait eu ces révélations ». « Depuis que l’on sait qu’il y a ces opérations, qu’il y a ces menaces, on a été d’une très grande vigilance », a-t-il poursuivi.

Pas une tentative de « déstabilisation »

A la différence de l’équipe du candidat d'En Marche ! à la présidentielle, François Hollande ne voit pas dans ce piratage une tentative de « déstabilisation ». « Je n’y vois rien du tout », a-t-il dit.

>> A lire aussi : Comment se fabrique et se propage une «fake news»?

L’équipe de campagne d’Emmanuel Macron avait dénoncé vendredi une « action de piratage massive et coordonnée » après la diffusion « sur les réseaux sociaux » d’informations « internes » comme des courriels ou des « documents comptables », y voyant une « opération de déstabilisation » à la veille du second tour de la présidentielle.