VIDEO. «Marine rends l’argent!», la candidate FN chahutée pendant sa visite surprise à la cathédrale de Reims

FRONT NATIONAL La candidate frontiste a été reçue aux cris de «Marine rend l'argent» par des militants macronistes et insoumis à Reims...

20 Minutes avec AFP

— 

Marine Le Pen a quitté la cathédrale de Reims par la porte arrière car des militants criaient «Marine rends l'argent».
Marine Le Pen a quitté la cathédrale de Reims par la porte arrière car des militants criaient «Marine rends l'argent». — AFP

Elle n’est pas la bienvenue… Marine Le Pen, candidate FN au second tour de la présidentielle, a été accueillie par des manifestants aux cris de « Marine rends l’argent ! » à Reims où elle effectue vendredi une visite surprise, pour son dernier jour de campagne, de la cathédrale.

>> A lire aussi : Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan quittent la cathédrale de Reims par une porte dérobée

Un dernier jour mouvementé donc, pour la candidate frontiste. Qui a dû quitter les lieux par une porte dérobée pour éviter son « comité d’accueil », rapporte un journaliste de l’Union-L’Ardennais, présent sur place.

« Marine rends l’argent ! »

« Marine rends l’argent ! Marine rends l’argent ! Marine rends l’argent ! » criait une centaine de jeunes manifestants favorables à son adversaire, Emmanuel Macron, ou à Jean-Luc Mélenchon, selon une vidéo diffusée par France Bleu Champagne Ardenne.

>> A lire aussi : Greenpeace déploie une banderole contre le FN sur la tour Eiffel

Une visite surprise

Marine Le Pen est arrivée vers midi accompagnée de son soutien Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France. Sa visite ne figurait pas dans l’agenda officiel de la candidate. Le FN n’a jamais confirmé à certains médias, dont l’AFP, cette visite.

Un dispositif policier séparait les manifestants présents à l’extérieur de la cathédrale de Marine Le Pen, qui se trouvait dans ce monument chrétien symbole de la royauté française, et qui avait été détruit par les bombardements durant la Première guerre mondiale. Florian Philippot, vice-président du FN, et David Rachline, directeur de campagne de la candidate frontiste, ont quitté la cathédrale protégés par des gardes du corps, sous les huées des manifestants. Sur Twitter, Florian Philippot a vivement réagi.