Débat présidentiel: Laurence Parisot ne sera pas Premier ministre, assure Emmanuel Macron

MISE AU POINT Le candidat d’En Marche ! a nié vouloir nommer l’ancienne patronne du Medef à Matignon…

20 Minutes avec AFP

— 

Laurence Parisot, l'ancienne présidente du Medef, en juillet 2013.
Laurence Parisot, l'ancienne présidente du Medef, en juillet 2013. — ERIC PIERMONT / AFP

Au moins, c’est clair. Emmanuel Macron a assuré mercredi soir qu’il ne choisirait ni l’ex-présidente du Medef Laurence Parisot ni l’ancienne garde des Sceaux Christiane Taubira comme Premier ministre, face aux interpellations de Marine Le Pen lors de leur face-à-face télévisé de l’entre-deux-tours. Dans une interview à Marianne, Laurence Parisot s’était dite « disponible » pour Matignon en cas d’élection du candidat d’En marche !. Une proposition qui avait fait réagir dans l’équipe du candidat, Richard Ferrand, le député PS, jugeant Parisot « vaniteuse ».

Accusant le leader d’En Marche ! de prôner une réforme des retraites inspirée des propositions du patronat, ce dont il s’est âprement défendu, Marine Le Pen a lancé : « D’ailleurs, Madame Parisot va peut-être être votre Premier ministre ». « J’ai une annonce à vous faire : non ! », a répliqué Emmanuel Macron. « Madame Taubira alors ? », l’a-t-elle relancé. « Non plus », a-t-il enchaîné.

>> A lire aussi : VIDEO. Débat présidentiel: Boom, Marine Le Pen attaque Emmanuel Macron dès sa première phrase

À la présidente du FN qui jugeait « important de savoir » quel serait son chef de gouvernement s’il était élu, Emmanuel Macron a répondu : « Vous avez connu beaucoup de présidents de la République qui l’annonçaient avant ? ». Christiane Taubira qui avait soutenu la candidature du « frondeur » Benoît Hamon au Premier tour de la présidentielle a appelé mardi à voter pour Emmanuel Macron mais du bout des lèvres, sans « arrangement, pacte ni faux-semblant ».