Consultation des Insoumis: Oui, le vote obligatoire faisait bien partie du programme de Mélenchon

PRESIDENTIELLE Le choix de l’abstention est plébiscité par 29,05% des inscrits sur le site de l'Avenir en Commun. Problème : le programme de la France Insoumise prévoyait l’instauration du vote obligatoire...

Dorian Debals

— 

Table des matières du projet de la France Insoumise
Table des matières du projet de la France Insoumise — Capture d'écran AEC.fr

Face à Marine Le Pen, la majorité des Insoumis consultés se refuse à voter Emmanuel Macron. C’est le résultat du vote par Internet auxquel ont participé 243.128 Insoumis, soit un peu plus de la moitié des 430.000 personnes qui avait apporté leur soutien à la plate-forme de Jean-Luc Mélenchon.

Si le vote blanc est arrivé en tête, l’abstention a été choisie par près d’un tiers des votants (29,05%) pour le second tour. En contradiction totale avec le programme de la France Insoumise qui prévoit l’instauration du vote obligatoire. Et donc l’interdiction de l’abstention. C’était une des mesures du chapitre « L’urgence démocratique : une République permettant l’intervention populaire ».

Capture d'écran du site programmatique de la France Insoumise
Capture d'écran du site programmatique de la France Insoumise - Capture d'écran AEC.fr

Une incohérence largement commentée sur Twitter.

Des responsables des Insoumis se défendent en expliquant que la proposition de vote obligatoire dans leur programme découle de la reconnaissance du vote blanc. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui: les bulletins blancs sont certes décomptés séparemment mais pas comptabilisés dans les suffrages exprimés.

Annoncée il y a plus d'un an en cas de non-qualification de Jean-Luc Mélenchon au second tour, cette consultation a été organisée à titre informatif, sans qu'elle ne vaille consigne de vote. La portée de cette « consultation populaire » doit par ailleurs être relativisée : les Insoumis inscrits sur la plate-forme ne représentent que 3,44% des 7,09 millions de personnes qui ont choisi le candidat Mélenchon au premier tour de l’élection présidentielle.