Plagiat de Marine Le Pen : Mais qui a inspiré la candidate du FN et François Fillon?

INSPIRATION Paul-Marie Coûteaux avait été l'alliée de Marine Le Pen puis de François Fillon pour la présidentielle de 2017...

C. Ape. avec AFP

— 

Paul-Marie Couteaux, porte-parole du Front national lors de présidentielle de 2012
Paul-Marie Couteaux, porte-parole du Front national lors de présidentielle de 2012 — BERTRAND GUAY / AFP

Toujours des mots, les mêmes mots… L’inspirateur des formules employées lundi par Marine Le Pen, et, avant elle, François Fillon, serait-il démasqué ? Paul-Marie Coûteaux, ancien allié de la candidate frontiste à la présidentielle, mais aussi du candidat des Républicains, a affirmé mardi sur Twitter être à l’origine des lignes qui font couler tant d’encre depuis 24 heures.

>> A lire aussi : Marine Le Pen se sépare de son sulfureux «DRH» Paul-Marie Coûteaux

« Il est bien (et significatif), que Marine Le Pen et François Fillon s’exprimant sur la vocation universelle de la France le fassent dans les mêmes termes » et « ces termes, d’inspiration gaulliste, sont ceux de mon ouvrage + L’Europe vers la Guerre + (1997) Nécessaire #UniondesDroites », a tweeté Paul-Marie Couteaux.

« Clin d’œil »

Sur franceinfo, il a estimé que ce n’était « pas mauvais que ce soit les mêmes références et les mêmes mots qui se trouvent dans la bouche de deux candidats de droite dont j’ai toujours pensé qu’ils étaient plus proches qu’on voulait bien le dire. » Il a tout de même précisé qu’il avait « transmis » les « éléments du discours » à « François Fillon » et non pas à Marine Le Pen.

Le FN a démenti ce mardi matin tout plagiat dans le discours de Marine Le Pen, assumant un « clin d’œil » envers des électeurs de droite qui partagent « la même vision de l’identité et de la nation ».

Ce co-fondateur du micro-parti Souveraineté, Indépendance et Libertés (Siel), dont il n’est plus président, était présent le 5 mars dernier au rassemblement organisé par François Fillon place du Trocadéro à Paris.

Paul-Marie Coûteaux, se présentait volontiers comme « le DRH » de Marine Le Pen ayant œuvré à la venue de Florian Philippot ou Philippe Martel, le chef de cabinet de Marine Le Pen. En 2014, Marine Le Pen avait indiqué dans une lettre à son allié souverainiste qu’elle ne souhaitait « plus travailler avec lui ».

>> Qui d’Emmanuel Macron ou de Marine Le Pen correspond le mieux à vos idées ? Testez notre boussole ici dans sa version optimisée ou ci-dessous.

​​