Des médias russes pro-Kremlin privés de l’accréditation nécessaire pour la campagne d’Emmanuel Macron

MEDIAS Les porte-paroles d’Emmanuel Macron ont fait savoir ce vendredi à l’AFP que Sputnik et Russia Today ne pourraient pas bénéficier de l’accréditation pour suivre la campagne du candidat…

M.G avec AFP

— 

Emmanuel Macron durant son meeting à Arras, 27 avril 2017
Emmanuel Macron durant son meeting à Arras, 27 avril 2017 — Sarah ALCALAY/SIPA

Les membres de l’équipe du candidat à la présidentielle d’ En Marche ! reprochaient déjà à ces médias d’avoir diffusé des informations mensongères contre son représentant. Les organes de presse feraient selon eux « partie d’un dispositif destiné à les atteindre. »

>> A lire aussi : Présidentielle: Le ton monte entre Macron et Le Pen après le duel à distance chez Whirlpool

Une décision vivement critiquée

La porte-parole du ministère des Affaires étrangères à Moscou, Maria Zakharova a dénoncé « une décision scandaleuse », elle poursuit « nous considérons ces mesures d’interdiction comme une discrimination ciblée et ouverte des médias russes. » Les rédacteurs des deux médias estiment que cette mesure est une atteinte à la liberté d’expression.

La Russie, de nouveau soupçonnée de mettre en œuvre des attaques informatiques

Cependant, cette décision fait suite aux soupçons de l'équipe d'Emmanuel Macron, qui avait déjà accusé ces deux organes de presse financés par le Kremlin, de délit de fausses nouvelles. Selon ces derniers, la Russie souhaiterait favoriser d’autres candidats à la présidentielle, notamment Marine Le Pen, la seconde candidate en lice pour l’élection présidentielle. Ils soupçonnent le pays d’être coupable des attaques informatiques survenues ces derniers mois au sein du parti politique.

Cela n’est pas sans rappeler les soupçons qui avaient déjà eu lieu durant les élections américaines de novembre 2016, les attaques auraient ici visé le parti démocrate américain, et sa candidate Hillary Clinton.