Jean-François Jalkh, le nouveau président du Front national qui remplace Marine Le Pen

NOMINATION Il s’agit d’un ancien proche de Jean-Marie Le Pen, un homme de confiance de la famille frontiste, et également eurodéputé…

Manon Aublanc

— 

Marine Le Pen et Jean-François Jalkh au siège du parti à Nanterre, lors des élections internes au Front national en 2011.
Marine Le Pen et Jean-François Jalkh au siège du parti à Nanterre, lors des élections internes au Front national en 2011. — JACQUES DEMARTHON / AFP

Ce lundi, sur le plateau du 20 heures de David Pujadas sur France 2, Marine Le Pen a annoncé qu’elle se mettait en congé de la présidence du Front national jusqu’à la fin de la période électorale. Et c’est l’eurodéputé Jean-François Jalkh qui a été nommé pour remplacer la candidate du parti.

>> A lire aussi : Présidentielle: Marine Le Pen se met «en congé de la présidence du FN», annonce-t-elle au lendemain du 1er tour

C’est la première fois que le Front national adopte cette stratégie. En 2002, Jean-Marie Le Pen avait refusé de se retirer de la présidence du parti lors de l’entre deux-tours qui l’opposait à Jacques Chirac.

Qui est Jean-François Jalkh ?

Actuel eurodéputé frontiste, Jean-François Jalkh est entré au Front national en 1974 par le biais de l’hebdomadaire National Hebdo. L’homme, secrétaire général du parti entre 2010 et 2011 est aujourd’hui vice-président en charge des élections et des contentieux électoraux. Agé de 59 ans, il siège également, depuis 2014, au Parlement européen dans la Commission de l’Environnement, de la Santé publique et de la Sécurité alimentaire.

Très proche de Jean-Marie Le Pen, il a été élu député de Seine-et-Marne de 1986 à 1988. Il a conservé cette proximité avec la famille Le Pen, en ce rapprochant de l’actuelle candidate à la présidentielle en organisant notamment l’élection interne en 2011 face à Bruno Gollnisch. A l’été 2015, il est nommé pour instruire le procès de Jean-Marie Le Pen, actuellement exclu mais toujours président d’honneur.

>> A lire aussi : Présidentielle: Pourquoi, contrairement à 2002, il y aura un débat d'entre-deux-tours entre Macron et Le Pen

Jean-François Jalkh est également mis en cause dans deux affaires judiciaires. En novembre 2016, son immunité parlementaire a été levée par le Parlement européen après le dépôt de deux plaintes pour provocation à la discrimination et à la haine raciale en tant que directeur des publications du parti d’extrême droite. En 2015, alors qu’il était secrétaire général du micro-parti de Marine Le Pen, Jeanne, il a été mis en examen pour des soupçons d’escroquerie et de surfacturation lors des législatives et présidentielles de 2012.