Elections: Mélenchon explique comment il gouvernera la France s'il est élu

POLITIQUE Un gouvernement composé de ministre et de hauts-commissaires, chacun dédié à la gestion d'une mission particulière...

20 Minutes avec AFP
— 
Jean-Luc Mélenchon à bord de la Péniche Insoumise, sur laquelle il a assuré plusieurs petits meetings le 17 avril 2017.
Jean-Luc Mélenchon à bord de la Péniche Insoumise, sur laquelle il a assuré plusieurs petits meetings le 17 avril 2017. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Lors d’un meeting à Dijon mardi 18 avril, Jean-Luc Mélenchon a expliqué dans le détail comment il comptait gouverner la France s’il était élu. Au menu : quelques ministres et des hauts-commissaires chargés d’une mission.

Jean-Luc Mélenchon a expliqué que, dans un premier temps, l’Assemblée constituante sera élue par des élections organisées après un référendum les autorisant. Ensuite, « le gouvernement gouvernera dans le cadre des institutions de la Ve République », a expliqué le candidat.

>> A lire aussi : «Mon personnage est assez redoutable et redouté», Jean-Luc Mélenchon répond aux questions de «20 Minutes»

Illettrisme, eau et écologie

« L’homme que vous voyez là est tout à fait prêt à appliquer dans leur intégralité les pouvoirs qui lui sont confiés par la volonté du peuple », a-t-il assuré, se disant convaincu que les Français lui donneront une majorité parlementaire. Cette « majorité insoumise » sera composée de candidats qui auront pris l’engagement d’appliquer notre programme, « parce que je n’ai pas l’intention d’organiser mes propres frondeurs ! », a-t-il poursuivi.

Il formera simultanément « un gouvernement d’une forme particulière », qui combinera « la stabilité et le mouvement », car, a-t-il expliqué, « on ne peut gouverner une grande nation sous forme d’une Assemblée générale permanente ». Aussi, envisage-t-il de nommer « des ministres qui assument les fonctions essentielles, régaliennes de l’Etat » et « beaucoup de hauts-commissaires en mission qui auraient des objectifs et exerceraient leur responsabilité aussi longtemps que cet objectif n’est pas atteint ».

Il a cité comme tâches transversales pour ces hauts-commissaires qui « vont courir partout » l’illettrisme, l’eau ou encore la planification écologique.