«Montre moi ton QG»: Dans les petits papiers de Nathalie Arthaud

CONFIDENTIEL La candidate de Lutte Ouvrière, Nathalie Arthaud, nous a ouvert les portes de son QG de campagne…

Emilie Petit

— 

«Montre moi ton QG»: Dans les petits papiers de Nathalie Arthaud — 20 Minutes

Chez Nathalie Arthaud, pas de chichis. Pas non plus de grand open space grouillant de militants affamés de sensations fortes. Présidentielle ou pas, peu importe : ceux qui la suivent sont, pour la plupart, des « camarades » de longue date.

« Moi, je suis militant depuis une bonne cinquantaine d’années ! », raconte Isaac. Posté devant son ordinateur, il doit veiller à ce qu’aucune coquille ne vienne entacher les pages du journal du parti. Chaque mercredi, ils sont une dizaine à s’activer pour écrire, relire, illustrer, confectionner l’hebdomadaire de Lutte Ouvrière édité à Pantin, en banlieue parisienne. « Parce qu’affirmer ses idées, c’est lutter », martèle Geneviève.

Un peu plus loin, Paul est en panne sèche. « Je trouve pas de titre pour l’article sur la Syrie… Hypocrisie et cynisme ? ». « Mouai, c’est pas accrocheur… » lui répond, sans filtre, Viviane.

« Tout le monde est un travailleur ! »

Le QG de Nathalie Arthaud, c’est aussi la rue. Les marchés. Celui de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), ce samedi matin. Là où il y a du monde. « Lutte Ouvrière ! La campagne de Nathalie Arthaud », scande sans relâche Josefa, le précieux journal hebdomadaire du parti, sorti de presse il y a quelques jours, serré contre elle. Pas facile d’accrocher l’électeur, parfois sauvage, plus souvent pressé. Mais quand l’un d’entre eux s’arrête et saisi le tract tendu par Josefa, la voilà intarissable sur le programme de sa candidate. « Nous essayons de sensibiliser les travailleurs. Parce que ça concerne tout le monde ! Tout le monde est un travailleur ! ».

Chez Nathalie Arthaud, l’huile de coude, les militants connaissent. Travailleurs, travailleuses, ils sont fidèles… et motivés !