Présidentielle: En cas de victoire de Fillon, Copé estime mériter un ministère

ESPERANCE Le maire de Meaux n'a pas fait de croix sur la politique... 

C. Ape.

— 

Le président de l'UMP Jean-François Copé et l'ancien Premier ministre François Fillon en meeting à Strasbourg, le 5 mars 2014
Le président de l'UMP Jean-François Copé et l'ancien Premier ministre François Fillon en meeting à Strasbourg, le 5 mars 2014 — Frederick Florin AFP

Jean-François Copé croit en ses chances… de devenir ministre, en cas de victoire de François Fillon. Selon un indiscret du Point, publié ce jeudi, le maire de Meaux ne compte pas dire stop à la politique même s’il a renoncé à être candidat aux prochaines législatives.

« En cas de victoire, il faudra compter avec moi, et je n’accepterai pas n’importe quoi », dit « Jeff » dans les colonnes du Point. « Ça ne me paraît pas illogique… », lance-t-il au journaliste qui l’interroge sur l’éventualité de le voir à la tête d’un ministère.

>> A lire aussi : Le Web part à la recherche de Jean-François Copé (et de ses électeurs)

Le Lab d’Europe 1 note par ailleurs le rapprochement opéré entre les deux hommes il y a peu. Alors que le candidat Les Républicains à la présidentielle annonce le 1er mars sa mise en examen dans l’affaire des emplois présumés fictifs de son épouse et de ses enfants, bon nombre de ténors du parti tournent les talons. Jean-François Copé, lui, joue la carte de la fidélité.

Preuve de cette loyauté, il a même organisé une journée dans sa ville de Meaux, dégustation de brie à l’appui. Signe que les ennemis d’hier pourraient donc bien être les amis de demain.