Présidentielle: François Hollande pourrait sécher la passation de pouvoir si Marine Le Pen est élue

ECOLE BUISSONNIERE Le président se serait renseigné sur ses obligations le cas échéant…

C. Ape.

— 

François Hollande
François Hollande — ETIENNE OLIVEAU / POOL / AFP

François Hollande assistera-t-il à la passation de pouvoir quel que soit son successeur ? Selon un article de  L’Opinion paru ce jeudi, rien n’est moins sûr. Le président de la République s’interrogerait sur ses obligations le jour de l’investiture en cas de victoire de Marine Le Pen.

« François Hollande est persuadé que Marine Le Pen peut gagner l’élection. Il a d’ailleurs demandé au protocole de l’Elysée si, dans cette hypothèse, il serait obligé d’assurer personnellement la passation de pouvoir ».

>> A lire aussi : Alerte complot, les francs-maçons appellent à voter contre Marine Le Pen

« La menace existe »

En mars, déjà, le président avait estimé à propos d’une potentielle victoire de la cheffe de file frontiste : « la menace existe ». Mercredi, dans les colonnes du Monde, le chef de l’Etat affirmait : « cette campagne sent mauvais ».

Mais sécher la passation de pouvoir, est-ce vraiment envisageable ? Pour un ancien chef du protocole à l’Elysée, interrogé par BFM TV, c’est oui. « Ce n’est pas impensable. Le président de la République peut ne pas assister à l’installation de son successeur, même si la tradition en a toujours voulu autrement. » Par ailleurs, rien dans la Constitution ne définit la passation de pouvoir, précise la chaîne sur son site internet.

>> Quel candidat à l'élection présidentielle correspond le mieux à vos idées ? Testez notre boussole ici dans sa version optimisée ou ci-dessous.