«L'Alliance bolivarienne»? Clémentine Autain, soutien de Mélenchon, ne sait pas ce que c'est

SURPRISE Un point qui lui a semble-t-il échappé…

C. Ape.

— 

Clémentine Autain
Clémentine Autain — PATRICK KOVARIK / AFP

Quand on soutient publiquement un des candidats à la présidentielle mais qu’on ne connaît pas son programme sur le bout des doigts, on prend le risque de se retrouver démuni voire bien embarrassé face à certaines questions. Pour Clémentine Autain, porte-parole d’Ensemble ! et soutien de Jean-Luc Mélenchon, la règle s’est révélée vraie.

Celle qui roule pour le candidat de la France insoumise, et qui était ce jeudi l’invitée de franceinfo a reconnu ne pas « avoir regardé précisément le point 62 » du programme, qui propose l’adhésion du pays à l’Alliance bolivarienne pour les Amériques (Alba).

>> A lire aussi : Mélenchon, le «Chavez français» vu par la presse anglo-saxonne

« Je n’ai pas regardé précisément ce point 62, a reconnu Clémentine Autain. Je vais regarder dans le détail, je ne peux pas répondre à cette question comme ça, à froid, je ne sais pas ce qui a conduit à ce point 62. Ce qui compte c’est la logique générale, la refonte de l’ONU et la sortie de l’OTAN », a-t-elle affirmé, tandis que le journaliste précisait que les principaux pays membres de l’Alba sont Cuba et le Venezuela.

 

Mais qu’est-ce que ce point 62 alors ? Le candidat de la France insoumise propose de « construire des coopérations altermondialistes et internationalistes » et « d’instaurer une politique de codéveloppement avec l’Amérique latine et les Caraïbes en adhérant à l’Alba ».