Présidentielle: Pour Poutou, Mélenchon n’est «pas un adversaire», mais pas «la solution» non plus

POLITIQUE Pour autant, s'il est au second tour, je voterais « certainement » pour lui, a déclaré le candidat du NPA…

20 Minutes avec AFP

— 

Philippe Poutou lors de l'émission Le Grand Débat, le 4 avril 2017.
Philippe Poutou lors de l'émission Le Grand Débat, le 4 avril 2017. — LIONEL BONAVENTURE-POOL/SIPA

On s’est déjà « fait avoir plein de fois » par la gauche… Philippe Poutou, le candidat du NPA à la présidentielle, a déclaré ce lundi que Jean-Luc Mélenchon n’était « pas un adversaire » mais pas pour autant « la solution ».

« Il y a une dynamique Mélenchon (…) tant mieux pour lui », a déclaré Philippe Poutou sur RMC/BFMTV. « Ce n’est pas un adversaire », a-t-il ajouté, évoquant des « points communs », comme les revendications contre les politiques libérales.

« La solution, c’est dans la rue que ça se passera »

« Mais les points de désaccord, c’est qu’on pense que ce n’est pas Mélenchon la solution, ce n’est pas « moi je », ce n’est pas parce qu’on aura un super-président » (…) «la solution, c’est dans la rue que ça se passera », a-t-il continué. Pour autant, si Jean-Luc Mélenchon est au second tour, il votera « certainement » pour lui. « C’est quasiment oui », a-t-il dit, alors que « c’est quasiment non » pour l’hypothèse Emmanuel Macron, et « non » pour celle François Fillon.

>> A lire aussi : Pour les Français, c'est Mélenchon qui incarne le mieux la gauche

La « nouvelle majorité à gauche », « on l’a déjà vécu, on s’est fait avoir quand même plein de fois », a-t-il continué, rappelant avoir voté pour François Hollande en 2012. « Mais pas parce qu’on espérait un Hollande, parce qu’on disait "il faut dégager l’autre con", enfin, le Sarkozy », a-t-il précisé. « Mais combien de fois on s’est fait avoir là dessus ? Combien de fois la gauche a dit "on va régler vos problèmes on va s’en occuper". Donc du coup à un moment donné, il faut arrêter les raccourcis, le vote utile ça va être de dire (..) il faut qu’on vote pour notre camp social ».