Pour Marine Le Pen, «l'immense majorité» des Français musulmans «respectent les règles républicaines»

PRESIDENTIELLE La présidente frontiste s’est exprimée dans une vidéo de près de trois minutes…

Laure Gamaury

— 

Marine Le Pen, candidate Front national, à l'aéroport de N'Djamena au Tchad, le 21 mars 2017
Marine Le Pen, candidate Front national, à l'aéroport de N'Djamena au Tchad, le 21 mars 2017 — BRAHIM ADJI / AFP

Marine Le Pen a fermement condamné les prières de rue, tout en affirmant qu’elles étaient l’exception. « Je veux directement m’adresser à mes compatriotes musulmans pour leur dire que je suis du côté de l’immense majorité d’entre eux qui vivent leur foi de manière tout à fait paisible dans le respect des règles républicaines », a expliqué la candidate FN à la présidentielle dans une vidéo.

Elle s’est exprimée à propos de prières de rue musulmanes qui ont eu lieu à Clichy-la-Garenne dans les Hauts-de-Seine. « Que mes compatriotes de confession musulmane et le reste de la Nation, croyants et non croyants, sachent que je mènerai à la tête de l’Etat une politique rigoureuse sur le sujet, profondément ancrée dans les règles de la laïcité pour que nous puissions tous ensemble à la fois protéger la liberté religieuse et la non-interférence des religions dans l’espace public », a-t-elle encore affirmé.

Contre « ces dérives prosélytes dans l’espace public »

Elle en a aussi profité pour écorcher au passage deux de ses principaux adversaires, à savoir François Fillon et Emmanuel Macron : « Voilà la France de MM. Macron et Fillon, voilà le résultat de deux quinquennats de laxisme et de communautarisme ».

Il n’y a « aucune raison de tolérer ces dérives prosélytes dans l’espace public, des dérives inacceptables qui sont le terreau de la radicalisation ». « La rue est un espace public où les religions n’ont pas à s’exprimer. Je respecte toutes les religions et les croyances, la foi est éminemment respectable mais c’est une démarche personnelle », a-t-elle encore déclaré.

Auparavant, début 2011 et en septembre 2016, elle avait affirmé que l’islam était "compatible" avec la République.

>> Quel candidat à l’élection présidentielle correspond le mieux à vos idées ? Testez notre boussole ici dans sa version optimisée ou ci-dessous.

​​