François Hollande lors de son discours à l'Elysée contre la haine anti-LGBT, le 17 mars 2017.
François Hollande lors de son discours à l'Elysée contre la haine anti-LGBT, le 17 mars 2017. — ZIHNIOGLU KAMIL/SIPA

POLITIQUE

«Cabinet noir»: Des collaborateurs de Hollande ont reçu des menaces de mort

Des lettres anonymes ont été adressées au secrétaire général adjoint de la présidence Thomas Cazenave et au conseiller communication du chef de l’Etat Gaspard Gantzer...

Des collaborateurs de François Hollande ont reçu des menaces de mort après les accusations de François Fillon sur l’existence supposée d’un cabinet noir au palais présidentiel, a indiqué l’Elysée, confirmant des informations du Parisien.

>> A lire aussi : Qu'est-ce que le «cabinet noir» décrié par François Fillon?

Ces menaces étaient formulées dans des « lettres anonymes » adressées au secrétaire général adjoint de la présidence Thomas Cazenave et au conseiller communication du chef de l’Etat Gaspard Gantzer, a précisé l’Elysée.

Les menaces de poursuites de Fillon

François Fillon a une nouvelle fois mis en cause ce jeudi François Hollande sur France Inter, assurant disposer de « toutes les indications » qui lui permettront de poursuivre en justice « tous ceux qui sont à l’origine » de la révélation de l’affaire des emplois présumés fictifs de son épouse.

« J’ai les dates, les jours, les personnes qui ont communiqué les documents, etc », a insisté l’ancien Premier ministre qui, comme on lui demandait si François Hollande avait déclenché l’affaire, a répondu : « Oui, bien sûr. »

L'Elysée continue de démentir

Interrogé ce jeudi, l’Elysée a « réaffirmé ce que le président de la République a déjà dit par voie de communiqué », évoquant des accusations « mensongères et sans fondement ».

Interrogé sur franceinfo, Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement et proche de François Hollande, a également parlé d'« accusations diffamatoires ».