Présidentielle: Voilà à quoi ressemblent les affiches officielles des candidats

POLITIQUE L'impression des affiches est à la charge des candidats...

Manon Aublanc

— 

Des affiches non officielles des candidats à l'élection présidentielle 2017 à  Bourgoin-Jallieu, en mars 2017.
Des affiches non officielles des candidats à l'élection présidentielle 2017 à Bourgoin-Jallieu, en mars 2017. — ALLILI MOURAD/SIPA

Un million d’affiches officielles des candidats à la présidentielle, rassemblées dans un immense hangar situé à Gonesse dans le Val d'Oise, doivent être acheminées pour être collées près des mairies et bureaux de vote. dès lundi 10 avril, date marquant le démarrage officiel de la campagne.

« C’est un vrai défi. Cette année, nous avons 11 candidats et un temps très court pour faire le travail », explique Emmanuel Bistuer, cogérant de l’entreprise chargée du transport, alors que ses équipes s’affairent à charger les premiers camions. Toutes les affiches sont destinées à être collées sur environ 80.000 panneaux d’affichage partout en France métropolitaine.

Certains candidats en ont imprimé plus que prévu

Certains départements seront plus fournis que d’autres, selon leur population. Dans le Nord, par exemple, 3.353 affiches par candidats sont attendues ; en Lozère, 262 et à Paris, 761. Quelques candidats ont toutefois décidé d’en imprimer plus que prévu. En Moselle, département de l’Est de la France où 1.426 affiches par candidat doivent être apposées, François Fillon en envoie près de 1.730. Jean-Luc Mélenchon a quant à lui arrondi le plus souvent à la centaine supérieure dans tous les départements.

>> A lire aussi : Présidentielle 2017: Les cinq nouvelles règles de la campagne

« Plusieurs candidats nous ont demandé d’assurer le remplacement des affiches si elles sont arrachées ou déchirées », confie sans donner de noms Aurélien Sallé, chargé du développement et du digital à France Affichage Plus, l’entreprise mandatée par l’État français pour coller les affiches en métropole. Au contraire, les « petits » candidats ont fait imprimer seulement le nécessaire pour tenter de rentrer dans leurs frais, le surplus n’étant pas remboursé par l’État.

>> A lire aussi : À peine sortie, la nouvelle affiche de campagne de François Fillon déjà détournée sur Twitter

Des règles bien strictes

Seuls ceux qui atteindront le seuil des 5 % de voix au premier tour, le 23 avril, seront remboursés de leurs frais de campagne, dont le plafond est fixé à 16,8 millions d’euros - 22,5 millions pour ceux arrivant au second tour. Les autres ne seront remboursés qu’à hauteur de 800.000 euros. Les candidats ne seront remboursés que sur ce qui fait partie de la campagne officielle. Les bulletins de vote, la circulaire, l’impression de l’affiche et le collage sont donc hors du budget des candidats.

>> A lire aussi : Présidentielle 2017: Les petits partis vent debout contre les nouvelles règles de l'élection

Quelques règles sont néanmoins à respecter. La combinaison des couleurs bleue, blanc et rouge, rappelant le drapeau français, est notamment interdite. De même que la mention du site internet du candidat, même si cela est toléré. « Toutes les affiches ont été contrôlées par une commission de vérification. Aucune n’a rencontré de problème », affirme un associé de France Affichage Plus.