Olivier Besancenot repousse l'idée d'une alliance entre Philippe Poutou et Jean-Luc Mélenchon

DECLARATION Le porte-parole du Nouveau Parti anticapitaliste ne se semble pas favorable à un rapprochement avec Mélenchon…

Manon Aublanc

— 

Jean-Luc Mélenchon et Philippe Poutou le 29 novembre 2012 à l'université Paul Sabatier de Toulouse.
Jean-Luc Mélenchon et Philippe Poutou le 29 novembre 2012 à l'université Paul Sabatier de Toulouse. — PASCAL PAVANI / AFP

Lors de son passage, ce vendredi, sur le plateau de BFMTV, Olivier Besancenot a été interrogé sur une possible alliance entre son candidat, Philippe Poutou et Jean-Luc Mélenchon. Le porte-parole du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) a rejeté toute idée d’alliance, expliquant que Philippe Poutou ne se situait pas dans la même catégorie que le candidat de la France Insoumise.

Cette alliance avait bel et bien été envisagée à un certain moment, a expliqué Olivier Besancenot : « À l’époque, on l’avait proposée à la gauche de la gauche. Y compris de trouver une figure de mouvement social pour nous représenter et régler le problème de qui va parler dans le micro ».

>> A lire aussi : Présidentielle: Tweets, pétitions, sondages... Les partisans d'une alliance Hamon-Mélenchon investissent le Web

Trois catégories divisent la gauche française 

Pour l’ancien candidat aux élections présidentielles de 2002 et 2007, la gauche française peut être classée selon trois catégories : « Il y a une compétition politique entre Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon qui essayent de refaire une social-démocratie à l’ancienne. Il y a aussi une gauche libérale complètement décomplexée qui va émerger avec Emmanuel Macron. Et il y a un troisième pôle, dont [le NPA] est orphelin, c’est un pôle anticapitaliste radical. »

Son candidat à l’élection présidentielle, Philippe Poutou, recueillerait au premier tour 1 % des intentions de vote, selon les derniers sondages. Pour le reste de la gauche, c’est le candidat de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, qui signe la meilleure progression, atteignant les 15 %, contre 10 % pour Benoît Hamon.