Débat sur France 2: Pour Fillon, sans Mélenchon ni Macron, «ça n’a aucun intérêt»

PRESIDENTIELLE « Ou il y a tous les candidats ou le débat n’a pas de sens », a estimé le candidat de la droite…

20 Minutes avec AFP

— 

Le candidat de la droite à la présidentielle François Fillon
Le candidat de la droite à la présidentielle François Fillon — ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

S’ils n’y vont pas, il n’ira pas non plus. François Fillon a jugé ce jeudi que si Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron ne participaient pas au débat organisé le 20 avril sur France 2 entre les 11 candidats à la présidentielle, ce débat n’aurait « aucun intérêt ».

« Si Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon ne vont pas à ce débat, ça n’a aucun intérêt », a répondu le candidat de la droite à la présidentielle, interrogé sur RTL au sujet de sa propre participation.

Débat pour tous

« Ou il y a tous les candidats ou le débat n’a pas de sens », a-t-il estimé.

>> A lire aussi : François Fillon était au courant de «l'arrivée surprise» de Christine Angot, selon «le Canard enchaîné»

Mardi, Jean-Luc Mélenchon a été le premier à s’inquiéter ouvertement de la date du débat, trois jours avant le premier tour de la présidentielle. Le candidat de la France insoumise avait indiqué sur son blog : « Je ne crois pas possible de participer à une émission de cette nature au-delà du lundi 17 avril, compte tenu de mon programme d’activités et de la construction de ma campagne ».

Le CSA inquiet

La date retenue par France Télévisions pose également un problème au candidat d’En Marche !, Emmanuel Macron, qui a parlé de « débat de dernière minute » et estimé avoir « autre chose à faire que de courir de chaîne en chaîne pour multiplier les débats à onze ».

>> A lire aussi : Marine Le Pen et Emmanuel Macron peuvent-ils limiter le match à eux deux?

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), notamment sollicité par l’ancien ministre de l’Economie, a fait part mercredi de sa « préoccupation » quant à la date du 20 avril, soit « 24 heures avant la période de réserve précédant le premier tour de l’élection présidentielle », ce qui empêcherait à un candidat de se défendre si une nouvelle polémique électorale devait émerger.