En meeting à Nantes, François Fillon réitère sa référence au suicide de Pierre Bérégovoy

PROPOS Lors de son meeting à Nantes lundi soir, François Fillon a signé et persisté…

Manon Aublanc avec AFP

— 

François Fillon sur le plateau de «L'Emission politique», le 23 mars 2017.
François Fillon sur le plateau de «L'Emission politique», le 23 mars 2017. — Capture d'écran

Alors que le neveu de Pierre Bérégovoy avait exprimé son écœurement après les propos de François Fillon, le candidat des Républicains a de nouveau utilisé  le suicide de l’ancien Premier ministre socialiste pour évoquer sa propre campagne présidentielle, lors de son meeting à Nantes.

>> A lire aussi : Le neveu de Pierre Bérégovoy «écœuré» par la comparaison de François Fillon

« Des belles âmes se sont émues parce que j’ai évoqué le souvenir de Pierre Bérégovoy », a d’abord ironisé l’ancien Premier ministre. « Alors je le redis calmement et fermement : Bérégovoy n’était pas du sérail et il fut bien "livré aux chiens" pour reprendre l’expression du président de la République de l’époque », a-t-il lancé lundi soir.

François Fillon faisait référence aux propos de François Mitterrand lors des obsèques de son Premier ministre : « Toutes les explications du monde ne justifieront pas qu’on ait pu livrer aux chiens l’honneur d’un homme et finalement sa vie, au prix d’un double manquement de ses accusateurs aux lois fondamentales de notre République, celles qui protègent la dignité et la liberté de chacun d’entre nous ».

Une comparaison qui avait choqué 

Lors de L'Emission politique de jeudi dernier, alors que David Pujadas lui demandait s’il était « un homme d’argent », François Fillon s’est emporté, faisant référence à l’ancien Premier ministre socialiste Pierre Bérégovoy, mis en cause dans une affaire de prêt et qui s’était suicidé en 1993.

« Ça fait deux mois que la presse déverse sur moi des torrents de boue », a déclaré le député de Paris dès le début de l’émission. « Ça m’a fait souvent penser à Pierre Bérégovoy », a confié François Fillon. « J’ai compris pourquoi on pouvait être amené à cette extrémité. »