VIDEO. Présidentielle: «Je sais où vous êtes», Macron se corrige après avoir parlé de «l’île» de Guyane

POLITIQUE Le candidat d’En Marche ! a également réagi à la crise que connaît la Guyane…

C. Ape.

— 

Emmanuel Macron a tenté d'éteindre la polémique après avoir qualifié la Guyane
Emmanuel Macron a tenté d'éteindre la polémique après avoir qualifié la Guyane — LIONEL BONAVENTURE / AFP

Emmanuel Macron connaît bien sa géographie. Du moins, c’est ce qu’il affirme. Après avoir qualifié dimanche la Guyane « d’île », le candidat à la présidentielle a tenté de se rattraper.

« Je sais où vous êtes. […] Je n’ai jamais pensé que la Guyane était une île », a expliqué le fondateur d’En Marche ! dans une vidéo postée lundi sur son compte Twitter, avant de réagir à la crise que connaît la Guyane.

« Je n’ai jamais pensé que la Guyane était une île »

« Je n’ai pas attendu ces derniers jours pour parler de la Guyane. Vous saurez me trouver à vos côtés pour prendre des mesures d’avenir », explique-t-il avant de justifier : « Alors bien sûr, je n’ai jamais pensé que la Guyane était une île, même si c’est aujourd’hui largement l’île de Cayenne qui est bloquée. Même si, entre l’océan et la forêt amazonienne, il y a parfois beaucoup d’une île dans votre réalité ».

>> A lire aussi : La gaffe de Macron sur Twitter qui assimile la Guadeloupe à un pays étranger

Et le candidat à l’Elysée d’ajouter : « Je sais que le territoire de la Guyane, il est bien ancré dans ce continent, il est bien ancré dans cette terre sud-américaine. Et je sais où vous êtes ».

>> A lire aussi : «Journée morte» annoncée après un démarrage timide de la grève générale

Dans cette vidéo de cinq minutes, Emmanuel Macron détaille ensuite ses propositions pour améliorer la situation de la Guyane. « Il est nécessaire de renforcer la sécurité avec une présence 24 heures sur 24 de la police aux frontières », explique-t-il.

« La deuxième mesure d’urgence, c’est la relance économique », affirme le candidat avant de promettre des réponses dans les jours ou les semaines à venir pour résoudre la crise de l’hôpital.