Mon bulletin dans ton urne: Fillon rembarré, malaise en direct et la prise de guerre de Macron

PRESIDENTIELLE Chaque matin, «20 Minutes» vous livre les trois informations marquantes de la campagne présidentielle…

M.B.
— 
François Fillon sur le plateau de «L'Emission politique», le 23 mars 2017.
François Fillon sur le plateau de «L'Emission politique», le 23 mars 2017. — Capture d'écran

A peine le temps d’avaler un café ? En sortant des brumes matinales, attrapez aussi notre récap’quotidien d’une campagne corsée et régulièrement relevée de polémiques.

Fillon dénonce un «scandale d’Etat», il est renvoyé illico dans ses cordes

La participation de François Fillon à L’Emission politique sur France 2 ce jeudi soir a été assez sportive. On imaginait bien que les affaires seraient un des gros morceaux de la soirée et ça n'a pas loupé. Pour sa défense, le candidat des Républicains à la présidentielle s'est de nouveau étonné des fuites dans la presse. Il a frappé fort en mettant « en cause le président de la République ».

Il a dénoncé un « scandale d’Etat » accusant François Hollande d’être à la tête d’un « cabinet noir » à l’Elysée. Il a appuyé sa démonstration en prenant pour source le livre Bienvenue Place Beauvau de journalistes du Canard Enchaîné. Le retour de bâton ne s'est pas fait attendre. Les accusations de François Fillon ont été démentis par l’un des auteurs du livre dans la soirée, qui a dénoncé « une instrumentalisation » du candidat. De son côté, le chef de l'Etat a « condamné avec la plus grande fermeté les allégations mensongères de François Fillon. « L’exécutif n’est jamais intervenu dans aucune procédure judiciaire », a ajouté l’Elysée. 

>> A lire aussi: Ce qu'il faut retenir du passage de François Fillon

 

Le débat «malaisant» entre François Fillon et Christine Angot

Décidément L'Emission politique d'hier soir, nous a réservé une autre pépite. Pour faire face à François Fillon lors lors du traditionnel débat de l'émission, Christine Angot a été conviée.

Et d'entrée de jeu, cette dernière, très colère, est rentrée dans le lard du candidat LR. « Comprenez-vous que le fameux front républicain est mis en danger ? On ne comprend pas pourquoi vous ne vous êtes pas retiré ». De quoi bousculer le flegme de l'ancien Premier ministre. « Madame, de quel droit vous me condamnez ? De quel droit vous estimez que l’emploi de mon épouse était inégal et indécent?» Le chaos sur le plateau s'est encore aggravé quand le public a décidé de participer à la joute, en insultant la romancière, obligeant David Pujadas à faire la police. Une sacrée soirée.

Le Drian rallie (enfin) Macron et c'est une belle prise de guerre

Emmanuel Macron a donc dû patienter pour obtenir l’un de ses plus importants soutiens. Peut-être même le plus important. Car s’il n’était pas le ministre le plus connu à ses débuts au sein du gouvernement Hollande, Jean-Yves Le Drian est sans doute aujourd’hui l’un des plus appréciés. Respecté, le ministre de la Défense est doté d'un réseau incroyable, selon Benjamin Keltz, auteur du livre « Le phénomène Le Drian ». Et de préciser: « Le Drian n’est pas hautain. Il a cette capacité à s’intéresser à tout le monde. Il peut autant parler à un chef d’Etat qu’à un grand patron ou au client d’un bistrot de Guingamp. Mais il a aussi un côté tueur. Il peut flinguer quelqu’un d’un regard». La suite du portrait de Le Drian est à lire par ici.