Présidentielle: Le Drian annonce son soutien à Macron, Hamon juge cette décision «inacceptable»

RALLIEMENT Le ministre a toutefois assuré qu'il restait socialiste…

C. Ape. avec AFP

— 

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian
Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian — David Nivière/SIPA

Et de trois ! Après Barbara Pompili et Thierry Braillard, Jean-Yves Le Drian est le troisième membre du gouvernement à annoncer son ralliement à Emmanuel Macron. Le ministre de la Défense l’a officialisé, jeudi soir, devant des élus bretons.

Il a expliqué son choix lors d'une réunion jeudi après-midi aux élus du Conseil régional de Bretagne avant de revenir publiquement sur les raisons de son choix dans une interview à Ouest-France parue ce vendredi.

>> A lire aussi : Jean-Yves Le Drian est «en discussion» pour rallier Emmanuel Macron

«Je reste socialiste»

«Je soutiens Emmanuel Macron mais je reste socialiste, je ne suis pas membre d'En Marche!», a-t-il précisé.

Le président de la région Bretagne, fait l'éloge d'un candidat qui «allie le volontarisme - refuse l'inaction, la rente, le déclinisme - et le pragmatisme en proposant des actions réalistes et financées». «Je me retrouve dans les six chantiers qu'il a proposés : l'éducation, la société au travail, l'économie, la sécurité, le renouveau démocratique et la défense de la France à l'international», dit-il.

>> A lire aussi : Le Drian, le ministre apprécié à gauche comme à droite

«Comme la majorité des Français, je refuse que le choix de l'élection présidentielle se réduise à un choix entre l'extrême droite et une droite dure. Je ne me résous pas non plus à ce que la candidate du Front national soit en tête au premier tour. (...) Emmanuel Macron est pour moi le seul qui porte les valeurs qui sont les miennes dans ce cadre-là».

«Mon horizon, c'est la Bretagne»

Il voit dans le programme de Benoît Hamon «un projet utopique». «Je constate que la mise en oeuvre d'un tel projet ne correspond pas à la réalité des faits et à la capacité à faire».

«Sans doute faudra-t-il que (le PS) se remette en cause, et je souhaite y travailler», propose-t-il.

>> A lire aussi : Après la victoire de Hamon à la primaire, des députés PS rallient Macron

Interrogé sur l'éventualité que Emmanuel Macron lui demande de rester à son poste, Jean-Yves Le Drian répond: «Mon horizon, c'est la Bretagne», mais il est cependant prêt à «toujours lui apporter» son «expertise des questions géopolitiques». Il salue encore la volonté du candidat de «mettre à la discussion l'idée d'un service militaire obligatoire».

Benoît Hamon juge ce soutien « inacceptable »

Benoît Hamon a, par ailleurs, dénoncé ce ralliement pourtant attendu. Le candidat du Parti Socialiste a jugé inacceptable qu’il s’affranchisse du vote des électeurs de la primaire PS, ont expliqué ses porte-paroles dans un communiqué.

« Jean-Yves Le Drian ne respecte pas le vote des électeurs de gauche qui, y compris dans le Morbihan, ont largement désigné Benoît Hamon comme leur candidat pour cette élection présidentielle. Il n’est pas acceptable, en démocratie, que des responsables politiques ne s’accommodent du vote des électeurs que lorsque celui-ci leur convient », écrivent-ils.

« On tient les gens pas par des disciplines. On tient par de la conviction et des projets », a commenté Emmanuel Macron, en marge d’une visite à Avallon (Yonne).