Présidentielle: Les liens troubles entre François Fillon et un puissant milliardaire libanais

POLITIQUE Un contrat aurait été signé début 2016 avec Fouad Makhzoumi qui dirige le groupe FPI, l’un des leaders mondiaux de la fourniture de pipelines…

H. B.

— 

François Fillon, le 6 mars 2017.
François Fillon, le 6 mars 2017. — CHAMUSSY/SIPA

C’est une affaire qui pourrait se révéler très embarrassante pour le candidat de la droite, déjà mis en examen pour détournement de fonds et abus de biens sociaux dans le cadre du PenelopeGate. D’après Mediapart, un puissant homme d’affaires libanais figure parmi les clients de la très lucrative entreprise de François Fillon, la société 2F Conseil.

Un contrat aurait été signé début 2016 avec Fouad Makhzoumi qui dirige le groupe FPI (l’un des leaders mondiaux de la fourniture de pipelines), alors même que le député de la Sarthe était déjà en course pour la primaire de la droite. « Il était déjà candidat LR à la présidentielle », précise le site. L’information aurait été confirmée par Myriam Lévy, la conseillère en communication de François Fillon.

Des relations de longue date

Le nom de Fouad Makhzoumi n’avait jusqu’à aujourd’hui jamais été cité par François Fillon, qui en revanche, n’avait pas hésité à communiquer le nom d’autres de ses clients, comme l’assureur Axa, Fimalac ou la banque Oddo, lors d’une conférence de presse organisée début février.

D’après Mediapart, l’homme d’affaires et le candidat à la présidentielle entretiendraient des relations de longue date. « Le Libanais avait d’ailleurs offert un banquet en l’honneur de son "ami" Fillon à Beyrouth en décembre 2014 », précise le site.

>> A lire aussi : Fillon aurait touché au moins 200.000 euros en tant que «senior advisor» pour Ricol Lasteyrie

Le nom du milliardaire est également connu en Grande-Bretagne. La famille Makhzoumi aurait soutenu le parti conservateur britannique par de nombreux dons. Un ministre britannique a même été contrait à démissionner en 1995 car il avait omis de déclarer ses liens avec le milliardaire. Mediapart s’interroge donc aujourd’hui sur la nature des liens entre les deux hommes et cherche à savoir si François Fillon « a empoché des fonds de la part de FPI sur la base du contrat signé au début de l’année 2016 ? Et à quelle hauteur ? ».