Présidentielle: Chez les chasseurs, la mise en examen de Fillon est passée toute seule

POLITIQUE Le candidat LR a fait un saut rapide et fructueux chez un électorat qui l’apprécie malgré la mauvaise nouvelle …

Julien Laloye

— 

François Fillon, le 14 mars 2017 à Paris.
François Fillon, le 14 mars 2017 à Paris. — Witt/SIPA

Dix-huit minutes en comptant large, pas de déclaration avant, pas de déclaration après. Ce mardi après-midi, François Fillonn’a pas prolongé son passage dans un grand hôtel parisien du XVe arrondissement où se tient, pour quelques jours, l’assemblée nationale des chasseurs français. Saleté de timing judiciaire, encore une fois. La mise en examen attendue pour le lendemain avait déjà fuité partout, et les journalistes spécialisés frétillaient sur leur siège, nous avec. On avait hâte d’entendre Fillon filer la métaphore de la proie et du chasseur, dans une campagne plombée par les affaires comme une palombe en plein champs. C’était un peu décevant de ce point de vue là.

L’intro était pourtant prometteuse : « Je peux vous confier en souriant qu’il ne me déplaît pas d’être aux côtés de vrais chasseurs dans cette campagne où les balles volent bas ». Petite parenthèse au passage : le service de presse de l’ancien Premier ministre n’a vraiment pas le sens de l’humour, puisque cette accroche mignonette a été supprimée de la version numérique envoyée aux rédactions. On revient à nos moutons. Petits rires polis dans la salle. Ils sont plus francs quand le candidat des Républicains plaisante sur le dos de Gérard Larcher, le président du Sénat, grand chasseur à ses heures perdues. « Une fine gâchette que je ne pense pas coupable de crime contre la biodiversité ». Bim, le petit tacle qui va bien aux écolos devant un auditoire qui de demande que ça.

Ortolan, barge noire et écologie

Le reste du discours est à l’avenant. François Fillon ne cherche pas à cacher qu’il n’y connaît rien en chasse, même s’il n’est pas loin de nous perdre sur cette histoire d’ortolan qui doit continuer à être chassé « ou alors il faudrait s’attaquer à l’agro-industrie ukrainienne », avant de remettre une cartouche aux écolos au sujet de la barge à queue noire, en voie d’extinction : « Cette espèce qui, me dit-on, nidifie dans les Pays-Bas est décimée par des prédateurs, renards et goélands, qui ne sont plus régulés en Hollande. Je suis très vigilant sur la biodiversité, mais voilà le résultat d’une écologie plus idéologique que pragmatique ! ». Le public a l’air d’apprécier. On comptera trois salves d’applaudissements nourris avant le départ express du Sarthois, largement salué par une foule qui n’a pas eu le temps de poser de questions.

>> A lire aussi: Affaire Penelope: La mise en examen de François Fillon va-t-elle perturber la suite de sa campagne?

Rien à voir cependant avec la standing ovation réservée à Gérard Larcher, véritable idole de l’assemblée. C’est simple, on aurait dit Lionel Messi remplacé au Camp Nou. Le sénateur est d’ailleurs le seul membre de l’équipe Fillon à rester pour le service après-vente, « pour défendre un électorat qui se respecte » (Plus d’un million de votants quand même). Et qui menace d’aller poser ses guêtres au FN, un peu comme les agriculteurs, qui ne comptent pourtant pas parmi leurs grands amis. « Les chasseurs sont des gens qui représentent quelque chose de vivant et d’indispensable dans la ruralité de notre pays ». La mise en examen de son champion est évacuée d’un trait d’esprit plus ou moins bien trouvé. « Aujourd’hui, il était mis en examen devant les chasseurs, et il a plutôt réussi ».

C’est aussi le sentiment de Willy Shraen,le président de la toute puissante Fédération nationale des chasseurs. « On a eu des réponses claires à des questions qu’on pose depuis 30 ans. Il a mis la barre haut, et, lui, n’a pas peur de se montrer [seul Macron a prévu de venir parmi les candidats]. C’est la preuve d’une certaine forme de courage de sa part étant donné le contexte ». Deux ou trois êtres perfides repérés dans le public tout de même, et une remarque qui nous a fait sourire : « Il aurait pu venir directement en veste orange, ça lui aurait servi pour la prison et ça lui aurait coûté moins cher que d’habitude ». Celle-là, on la garde pour le repas du soir.